Voeux du maire : « Allons-y ! »

C’est dans la salle de spectacle du casino joa que le maire et les élus le conseil municipal ont présenté leurs voeux à la population jeudi 5 janvier.

De nombreux Seynois ont fait le déplacement hier soir malgré le froid, pour la présentation des voeux du maire de Marc Vuillemot à la population seynoise. C’est la première année que cette tradition républicaine après le break des fêtes de fin d’année, se déroule dans la salle de spectacle du Casino Joa, esplanade Marine aux Mouissèques. C’est un discours combatif, ne niant pas les difficultés mais affirmant les atouts de la Ville, qu’a prononcé le maire après la diffusion d’un film très touchant sur la mémoire de la Ville et son symbole patrimonial : le Pont. Comme le racontent deux pitchouns dans le film, Charlotte, 10 ans, et Antoine, 12 ans, voilà 100 ans que commençaient les travaux de ce mastodonte de fer destiné à faire passer les marchandises des anciens chantiers navales d’une rive à l’autre du port par les rails.

Un comité des fêtes

C’est ce moment chaleureux de la présentation des voeux qu’a choisi le maire pour annoncer que l’année 2017 sera celle de la célébration de ce centenaire. « Il n’y a rien d’anodin à ce que La Seyne célèbre son emblème, a-t-il déclaré. Ce pont des chantiers, pont entre passé et futur… Dans le nord, ils ont leurs beffrois, ces tours de guets, à Paris ils ont leur Tour Eiffel. Eh bien, nous, nous avons notre pont, dressé, debout, fier de son passé et signal de notre futur… »

Un comité des fêtes a été créé dernièrement pour l’organisation des animations qui célébreront le centenaire tout au long de l’année. Une boîte à idées est créée : 100ans-du-pont@la-seyne.fr.

Economie et industrie

Après un discours où le premier magistrat invite les Seynois à l’audace. A propos de la future métropole, il scande, confiant : « Oui, allons-y ! Allons au travail collectif et au partage des efforts et des fruits de ce travail. Allons à un aménagement enfin bien compris du territoire de la Rade, de l’agglomération, et au-delà. Allons-y en apportant le meilleur de chacune de nos communes dans la corbeille commune, pour en tirer le potentiel partagé pour toutes. Tranquillement, pas à marche forcée, avec prudence, en discutant entre villes, en associant au débat public nos populations, nos acteurs économiques, culturels et sociaux, avec les spécificités de chacun des 12 communes partenaires. Et avec ce qui symbolise chacune d’elles.

A propos du développement économique de la ville : « Ici, sur le site du chantier naval, le centre de formation aux métiers de la mer qui s’est agrandi en 2016 et l’école du professorat qui gagnerait à l’être, le parc de détente et son chemin de la mémoire de la Navale, la Porte Principale qui permet désormais aux anciens travailleurs d’ici d’accueillir près d’un millier d’écoliers pour leur transmettre l’histoire de la belle aventure de la construction des bateaux, l’hôtel, le casino de jeux et le terminal de croisières inaugurés en 2016, bientôt la zone aménagée d’accueil des grands yachts, et le démarrage imminent du chantier du de l’Atelier mécanique avec ses neuf salles de cinéma, ses deux hôtels, ses commerces de bouche, de loisirs et de culture… Ici, La Seyne se diversifie dans le tourisme, la mémoire, la culture, la formation et le loisir ». A propos de l’industrie et du pôle de compétitivité Mer :  « Du projet international Antarès à Orange Marine, en passant par notre fleuron industriel, bien sûr, le groupe CNIM, mais aussi Ifremer ou encore Envisan, Foselev, le Ro-Ro, le CNRS avec l’Institut des sciences de l’Univers et le Centre d’Océanologie, le Centre de recherche sur les pollutions des eaux, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, et l’une des plus grandes entreprises de refit de yachting, Monaco Marine, en cours de construction… sans oublier le tissu des PME du nautisme à Grimaud et, dans les services, la recherche et développement, l’innovation, l’artisanat et le commerce, des autres zones d’activité, dont celle des Playes qui, depuis 2016, n’a plus d’espace à offrir pour de nouvelles implantations… »

Et de se réjouir à propos des premiers résultats de cette dynamique : « Tout ça booste l’économie et explique que l’ouest toulonnais, et notamment La Seyne, obtient depuis 2015 les meilleurs chiffres de l’emploi de toute la Région Provence Alpes Côte d’Azur, toutes catégories d’âges confondues ».

« Oui, on peut se le redire : La Seyne est l’avenir de la rade de Toulon ! » résume le maire en fin de propos.

Les camions de « cailloux »

Mais l’exercice des voeux républicains passe aussi par l’évocation de sujets plus irritants, comme le transports en via Brégaillon des enrochements de la mine du Revest pour la construction sur la mer d’un nouveau quartier à Monaco« Des milliers de trajets en camions de 40 tonnes pour acheminer des granulats du Revest vers Monaco par la route puis par la mer. Un trafic annoncé pendant des années, sur des axes déjà engorgés, des nuisances sonores, atmosphériques, un impact environnemental qui inquiète au plus haut point les élus et les riverains au travers de leurs associations. Sans aucune contrepartie positive. En 2017, peut-on accepter une opération méprisant autant les intérêts locaux ? Doit-on passer en pertes et profits  le citoyen, son cadre de vie, l’environnement, l’emploi local, le développement d’un territoire ?  Ce serait donc cette société qui nous serait proposée ? Énormes bénéfices privés et nuisances publiques ? Mon homologue de La Valette n’est pourtant pas à ma connaissance une extrémiste gauchiste ! Mais voilà, elle aussi est une élue républicaine, soucieuse de sa population et de l’avenir de son territoire ! Je l’ai appris il y a quelques jours, nous venons d’obtenir à coup de gueule qu’une véritable enquête publique préalable soit diligentée. C’est un premier pas. Nous voulons maintenant des garanties de retombées positives, non seulement pour La Seyne, bien sûr, mais pour toutes les communes impactées par ce trafic. Et nous n’accepterions pas non plus que Bouygues — puisque c’est de ce grand groupe qu’il s’agit — renonce pour ne pas avoir à garantir des contreparties utiles pour notre territoire et aille chercher ses pierres dans une carrière italienne plutôt qu’au Revest, et mette ainsi en péril l’activité et l’emploi de l’entreprise locale qui exploite la carrière de Tourris ou des dockers du port ».

Mission centre-ville

Mais il s’agit aussi de parler de ce qui fonctionne bien, et le maire a choisi de terminer son propos sur du positif : « Le parking-relais dont les travaux démarrent ces jours-ci au Crouton, est un exemple de partenariat efficace entre la ville et TPM… Encore une voie à suivre… pour le centre-ville, notamment…

Partenariat encore, géant celui-là, avec l’Etat mais aussi TPM, pour la rénovation de Berthe, entamé il y a dix ans, dont les derniers chantiers seront engagés en 2017, qui est un succès reconnu nationalement, et qui préfigure une transition intercommunale dans de bonnes conditions, puisque, depuis 5 jours, notre office d’HLM relève de TPM. Et cette rénovation profite à la ville dans son ensemble, avec du logement désormais mixte, des aménagements urbains et des équipements culturels, éducatifs et sociaux dont 40% à 60% sont utilisés par des personnes ne résidant ni à Berthe ni même dans la commune, et améliore aussi l’image de La Seyne, notamment de son entrée occidentale…

Je veux d’ailleurs remercier l’Etat lorsqu’il intervient positivement dans le développement local, et aussi les collectivités, à l’exemple, récemment, du Conseil départemental dont le président est venu aux Sablettes poser la première pierre du nouveau collège L’Herminier…Je profite de ces vœux pour saluer et remercier chaleureusement les partenaires privés et publics qui misent sur notre ville. Ils ont raison, elle a de l’avenir !

Alors, aide-toi, le ciel t’aidera, dit le proverbe… Et c’est très exactement ce que nous faisons pour notre centre-ville. Je veux encourager tous ceux, associations, commerçants, membres du conseil de quartier, du comité d’intérêt local et du conseil citoyen, services municipaux, au premier rang desquels notre mission centre-ville, qui se donnent beaucoup de mal ».

Avant de trinquer autour du verre de l’amitié, quatre jeunes Seynois ont prononcé un texte de Francis Lyon qui a ému l’ensemble du public. A tous les Seynois et amoureux de la ville qui ont manqué ces voeux, bonne et heureuse année 2017, que la santé préserve les vôtres et que l’amour l’emporte sur la haine et l’obscurantisme.

sylvette.pierron@la-seyne.fr