La ville labellisée « Territoire à énergie positive »

Afin de bénéficier des nombreux avantages d’être Ville partenaire de la COP21 et être éligible aux subventions nationales, la Ville a dû satisfaire aux critères du label « Territoire à énergie positive pour la croissance verte ».

La Ville n’a pas attendu les accords de la COP21 pour agir sur le champ du développement durable. Grâce à l’ingénieure spécialisée dans les économies d’énergie, Anne Aussenac, qui travaille depuis 10 ans au service de la commune, la ville a su s’engager concrètement dans une démarche de croissance verte. C’est grâce aux travaux de cette dernière que la crèche, Le Petit Monde, a été construite selon les règles de la construction à énergie positive. Citons également le système d’échange thermodynamique à eau de mer qui chauffe et climatise une partie des bâtiments de Porte-Marine et le Casino Joa. Rappelons aussi que le Nord de la Ville est raccordé au réseau d’incinération d’ordures ménagères. « On n’a pas à rougir de tout ce qu’on a déjà faitassure le maire, la ville a su démontrer par le passé son ambition de devenir une ville verte. » 

Un label de territoire

Fin décembre, La Seyne-sur-Mer a obtenu le label « TEPCV », « un nouveau point de départ pour l’avenir, assurait Denise Reverdito, adjointe au maire déléguée à l’Aménagement durable du territoire urbain et périurbain. « Grâce à l’implication de Toulon-Provence-Méditerranée à nos côtés, on a pu obtenir ce label de territoire » se réjouit le maire Marc Vuillemot.  Ce label permettra à la ville d’obtenir des subventions pour ses projets et ses actions en matière d’énergie positive. « Pour rénover notre éclairage public par exemple, explique l’adjointe, l’Etat pourra financer jusqu’à 80% de nos dépenses, soit 125 000€. » Autre mesure qui pourra être subventionnée dans le cadre de ce label, la mise à disposition de places de stationnements pour recharger les vélos électriques. Une action qui pourra elle aussi, être subventionnée à hauteur de 50 000€ sur les 62 000€ qu’elle en coûterait. De plus, « des prêts à taux préférentiels pourront être accordés par la Caisse des dépôts et Consignations pour des projets à court, moyen ou long terme. Enfin, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie assure qu’une enveloppe de 2 millions d’euros pourra ensuite âtre apportée pour l’aide spécifique aux territoires labellisés ».

Prendre part aux défis de la COP21

Au total, sur l’ensemble des 12 communes de l’agglomération Toulon-Provence-Méditerranée, ce ne sont pas moins de 50 actions, à court, moyen ou long terme qui ont été proposées sur un délai de démarrage de 3 ans qui ont été couchées sur le papier afin d’obtenir le label national et, de fait, être éligible aux subventions. Transport collectif en site propre, mise en place de mini-bus à la demande, parking-relais, amélioration de la desserte maritime autour de la rade, élargissement de la zone de rencontres en centre-ville, aménagement d’une pompe à chaleur pour chauffer la piscine du port marchand à Toulon, collecte de polystyrènes et remise en vente de produits rénovés (machines à laver, frigos) avec l’association ENVIE Var, travail avec la ligue de protection des oiseaux pour la réalisation de refuges, développement des activités d’agriculture biologique du domaine de Fabrégas (voir ci-après), partenariat pour la biodiversité, maintien des espaces verts, entretien des pluviaux… : c’est bel et bien une réflexion globale autour de la valorisation de l’environnement qu’ont entrepris les communes de l’agglo. But : prendre part aux grands défis de la COP21 . 

sylvette.pierron@la-seyne.fr

Le bio du domaine Fabrégas dans les assiettes de la cantine

Face à trois autres candidats, l’agriculteur du domaine de Fabrégas a été officiellement choisi pour fournir des fruits et légumes bio à la cuisine centrale. Ils font déjà le bonheur des clients du domaine tous les samedis matin. Désormais, les enfants des écoles et des centres aérés pourront déguster des produits frais, bio avec une empreinte carbone quasi nulle. « On ne peut faire plus court comme circuit » ironisait le maire.