La Ville fête les 50 ans de l’Ecole de musique

En mai 1966, l’Ecole municipale de musique voyait le jour. Pendant 34 ans, Jean Arèse l’a dirigée, avant qu’elle ne soit transférée au Conservatoire national à rayonnement régional (CNRR), en 2006. Retour sur un demi-siècle de présence musicale à La Seyne-sur-Mer, et sur une belle aventure.

Il a voué sa vie à la musique et transmis sa passion à bon nombre d’élèves ! Jean Arèse, à la carrure aussi imposante que sa carrière, a passé 34 années au sein de l’Ecole municipale de musique et vient de faire don à la Ville de ses archives : courriers, programmes, affiches, articles de presse, supports audios et vidéos. Exposition, animations et spectacles vont d’ailleurs illustrer ce bel événement musical (pour voir le programme détaillé, cliquer ici). «Nous avons voulu rendre hommage à Jean Arèse qui a fêté en janvier dernier, ses 80 ans, et qui a oeuvré pour le développement de la musique à La Seyne, par le biais de la création de l’école de musique, il y a 50 ans», explique Florence Cyrulnik, conseillère municipale déléguée au Patrimoine, archives et musées.

La musique dans le sang

Jean Arèse le concède volontiers, «la musique, je suis tombé dedans quand j’étais petit. Mon père était musicien à La Seynoise et je l’accompagnais pendant les répétitions». Fondée en 1840, la Philharmonique La Seynoise, véritable institution dans l’art musical est d’ailleurs l’orchestre d’harmonie le plus ancien de la région. En 1948, âgé de 12 ans, Jean y apprend le solfège et le hautbois avec son père, qui lui, joue de la basse : «Toutes les sociétés de musique se sont montées avec des musiciens amateurs. A La Seyne, ce furent les Italiens et chaque musicien enseignait son art». A 15 ans, il perfectionne son savoir au Conservatoire de Toulon et en 1958, âgé seulement de 22 ans, il devient chef de musique, son prédécesseur souffrant de maladie cardiaque.

La Seynoise, une belle aventure

«Quand je suis arrivé à La Seynoise, il n’y avait presque plus de musiciens. D’une année à l’autre, les anciens disparaissaient et n’étaient pas remplacés. Lors des manifestations patriotiques, nous n’étions pas nombreux. Un jour, nous étions trois et nous n’avons même pas pu jouer». Jean Arèse s’en émeut auprès des élus et c’est ainsi qu’en 1966, le maire, Toussaint Merle, décide de créer l’école de musique : «Ce qui a d’ailleurs donné l’idée aux autres villes du Var. Tout était entièrement gratuit : cours, livres de musique, cahiers de dictée…». Toussaint Merle lui en confie la direction. «J’ai commencé le 1er mai 1966, mais comme c’était le 1er mai, il n’y avait personne» s’amuse Jean Arèse.

Trente quatre ans de direction musicale

«Très vite, nous avons eu une centaine d’élèves. J’enseignais le solfège et le hautbois puis, nous avons eu des enseignants pour le piano, la clarinette, le saxo. Il a tout de même fallu 34 ans pour avoir toutes les disciplines», raconte Jean Arèse. Président d’honneur et historien local, Jean-Claude Autran, ajoute : «Véritable institution seynoise, l’École municipale de musique s’est imposée comme une véritable référence pédagogique de la région PACA en matière de musicalité, et une extraordinaire pépinière de talents. Car si des centaines d’élèves y sont venus pour leur plaisir et acquérir les bases d’une culture musicale, nombreux sont ceux qui ont fait ensuite carrière dans la musique, dans des conservatoires ou dans des orchestres d’opéras parmi les plus prestigieux de France».

Création du CNRR

Faute de local, pendant une à deux décennies, les cours sont assurés dans les écoles primaires de la ville. «Ce n’est qu’au début des années 1980 que l’École est abritée, aux côtés de diverses associations, dans le vieux Centre Culturel Jacques Laurent, qui ne sera entièrement rénové qu’en 2004-200. Mais dès 2002, comme le souligne Jean Arèse, «l’école est passée à TPM». En effet, le Conservatoire national à rayonnement régional (CNRR) est alors créé par la Communauté d’agglomération de Toulon Provence Méditerranée et regroupe les structures existantes, soit onze écoles de musique. Le 28 février 2006, le CNRR -site de La Seyne- ouvrait ses portes aux élèves musiciens, comédiens et circassiens, ainsi qu’à leurs professeurs. «Un bel exemple d’intercommunalité, où le passage de flambeau entre la commune et le CNRR fonctionne» se réjouit Eric Marro, adjoint à la culture.

Un demi-siècle d’enseignement

«C’est important de fêter ces 50 ans d’enseignement musical. Autour de cet événement, expos et spectacles vont mettre à l’honneur les musiciens de La Seynoise, ceux du Conservatoire, et les élèves de la section cirque. Les musiciens vont jouer pendant les auditions de fin d’année du cirque. Les enseignements artistiques à La Seyne et dans l’agglo sont riches». Jean-Claude Autran, est ravi : «que de chemin parcouru en 50 ans, que de succès !». Modestement, Jean Arèse remercie : «Je suis heureux que la Ville ait pris en compte cet anniversaire. J’ai œuvré pendant 34 ans, ensuite, le conservatoire a pris le relais et c’est une occasion d’avoir plus de contacts et de resserrer les liens avec lui».

chantal.campana@la-seyne.fr

Infos
La Philharmonique La Seynoise recherche tous types de musiciens.
S’adresser à Jean Arèse : 06 98 39 75 16/04 94 87 45 95
seynoise.free.fr

« Histoire de La Philharmonique La Seynoise », écrite en 1984 par Marius Autran et réactualisée parJean-Claude Autran en 2010.
www.site-marius-autran.com

CNRR TPM Site de La Seyne
11, Rue Jacques Laurent

De jeunes musiciens de ''La Seynoisette'' déguisés en ''Boumians'' (Années 1923-1924)

Les musiciens de la Philharmonique La Seynoise lors de la fête de la musique 2015