USS : un nouvel ambassadeur

Gaël Fickou a décidé de s’impliquer dans l’Union Sportive Seynoise en devenant l’un des nouveaux hommes forts du club.

Si La Seyne souhaitait avoir un ambassadeur, elle ne pouvait pas mieux choisir que le trois-quarts centre international Gaël Fickou. C’est pourquoi Patrick Philibert, fraîchement élu à la présidence de l’USS cet été au côté de Guy Salagnat et Olivier Willem, a pris son téléphone et lui a proposé ce rôle. Une mission qu’il a acceptée avec enthousiasme d’autant que son frère Jérémie, a, lui aussi, rejoint le club pour y jouer un rôle majeur.

Quel sera exactement votre rôle ?

Patrick Philibert nous a appelés, Jérémie et moi-même, pour venir aider le club. Il y avait besoin d’impulser une nouvelle dynamique. Mon frère s’occupera de l’évènementiel, du partenariat et de la formation. Quant à moi, j’ai la chance d’évoluer au plus haut niveau. Cela peut donc être intéressant pour l’USS de se servir de mon image mais aussi d’utiliser mon réseau et mon expérience pour donner un coup de pouce que ce soit sur l’aspect sportif, financier ou structurel.

La formation est un axe fort de la politique du club. Que pouvez-vous apporter ?

L’idéal est de recruter un minima de joueurs dans le futur et donner sa chance aux joueurs issus du club. Cela a commencé cette saison avec l’intégration de dix jeunes qui étaient en Nationale B la saison dernière. Il y a eu un déficit à un moment donné qu’il faut combler. Je souhaite mettre en place des stages d’une semaine avec le Stade Toulousain, pour aider à la formation des éducateurs. Faire venir également des gamins de l’école de rugby visiter les infrastructures et participer à des tournois.

Afin de suivre vos traces ?

Déjà, il y a ce message auprès des jeunes : « peu importe d’où on vient, tout est possible. Il faut croire en ses rêves et se donner les moyens d’y arriver ». On peut être originaire de La Seyne, issu des quartiers difficiles, et pourtant réussir. Cela n’est pas seulement valable pour le rugby. Le club a aussi un rôle social. C’est pourquoi, nous avons organisé les Olympiades à deux reprises durant l’été qui ont rassemblé les enfants de l’école de rugby, mais aussi de toute la commune. J’aime cette idée de rassemblement, de mixité sociale et culturelle.

Sébastien Nicolas

 

USS : l'effectif 2017 au complet