Tribune de la Majorité municipale

A La Seyne, les extrêmes se dissolvent dans la démocratie. Deux défections, une exclusion, et voilà que l’opposition de droite extrême est encore amputée de trois de ses membres pour d’obscures raisons.

La démocratie les fragilise, c’est clair. Et oui : chez nous, la parole est libre, chacun peut s’exprimer, dans la rue, au conseil municipal comme ailleurs, dans les nombreuses instances de démocratie participative : conseils de quartier et citoyens, comités des usagers, comités d’intérêt local (CIL)…

La majorité, unie au delà de ses différences, mais aussi grâce à elles, continue son patient travail d’écoute et de co-construction avec les administrés. Exemples : le comité des usagers de l’eau, qui a contribué au choix raisonné d’une SEMOP (société mixte public/privé) pour la gestion future de cette ressource, le comité des usagers des déplacements avec notamment « zone de rencontre » étendue, en centre-ville, favorisant les modes de déplacements doux (vélo, piétons) et apaisant la circulation, ou encxore le nouveau « conseil local de santé mentale », pour coordonner les acteurs de de ce secteur.

Cet élan, cet engagement de chacun permet à la ville de se transformer. Le casino, inauguré cette année, le projet de complexe cinématographique dans l’Atelier mécanique réhabilité, pousuivant son chemin malgré les procédures abusives, les éternels « bâtons dans les roues » de ceux que la réussite de La Seyne chagrine, au fond…

A La Seyne la démocratie est vivante. Cela fait du bruit parfois, cela prend du temps et cela nécessite de s’écouter, mais c’est ainsi que bat fort le cœur de La Seyne !