Tribune de la majorité municipale

Vous connaissez l’expression « si ce n’était pas risible j’en pleurerais ». Ainsi, parce que Marc Vuillemot est notre maire depuis huit ans, il serait responsable de tout ! Comme si -pour prendre des comparaisons illustres-, de Gaulle, en se retirant le 7 mars 1966 de l’OTAN, était responsable de sa création en 1949, ou que Mitterrand le soit de la dette publique des pays africains qu’il annule en partie en 1989…

Non, la réalité est plus prosaïque, elle tient de la continuité républicaine : assumer et poursuivre ce qui a été conduit par le passé. Vuillemot bétonneur ? Allons ! La révision du PLU dès 2009 a freiné, mais pas empêché, les projets immobiliers de l’équipe précédente. Vuillemot dépensier ? La dette, héritage pénalisant, a été réduite, la gestion courante ramenée à l’année 2005. Le personnel pléthorique ? C’est achats de services vs services publics : financer sur les deniers publics l’exploitation de salariés ou procurer un emploi à des travailleurs pauvres ? A dépenses égales, nous avons tranché. Alors, Mesdames et Messieurs  de l’opposition, plutôt que de fabriquer un argumentaire fallacieux, reconnaissez plutôt qu’en assumant les chantiers lancés par votre camp dans les années 2000, en rectifiant certains d’entre eux, Marc Vuillemot  a permis à La Seyne d’écrire la page de l’après-fermeture des chantiers, en respectant le passé, en préservant l’avenir… Si La Seyne traverse une passe difficile, elle a su préserver des atouts. Encore faut-il qu’elle puisse les jouer. Là est la vraie raison du budget en déséquilibre, un budget de combat : que la Seyne trouve les moyens de distribuer ses bonnes cartes.