Tribune de Les Républicains – UDI

Chers Concitoyens, vous avez probablement lu dans la presse locale le projet conduit par la CCIV, la SOMECA et la Société Bouygues. Projet qui consiste à faire transiter par le port de Brégaillon 2 200 000 tonnes de cailloux en provenance des carrières du Revest et destinés à gagner sur la mer un espace sur lequel sera construit un complexe immobilier à Monaco. Probablement juteux pour la CCIV et les entreprises concernées, ce marché ne sera à l’inverse, que porteur de nuisances pour la ville de La Seyne. Il convient de savoir que le transport routier entre la carrière du Revest et le port de Brégaillon s’étalera sur deux ans. Il est prévu deux rotations hebdomadaires de cargos. Pour remplir un cargo il faudra 500 camions. C’est donc 1000 camions par semaine qui transiteront par l’entrée de la ville dans un sens et autant dans l’autre. Si l’on tient compte des temps de travail des chauffeurs cela se traduira par un camion toutes les minutes. Il est facile d’imaginer l’encombrement routier permanent que ce trafic génèrera à l’entrée de la ville. Difficile de faire mieux pour asphyxier plus encore la circulation routière. Et que dire de la pollution atmosphérique que produira un tel trafic. A l’heure où certaines villes veulent limiter la circulation des véhicules diesel pour protéger la santé des habitants, à La Seyne on va tolérer un flux ininterrompu de camions. Alors que Madame Humel Maire de la Valette et Monsieur Falco Maire de Toulon se sont clairement montrés hostiles à cette recrudescence de trafic sur leur commune, le Maire de la Seyne est étrangement absent de toutes discussions, admettant ainsi une nuisance qui s’avèrera insupportable pour ses concitoyens.