Tribune de la Majorité municipale

Solidaires ? C’est la question que l’on peut poser aujourd’hui à nos minorités municipales quand accueillir une trentaine de jeunes mineurs arrachés à leur terre natale, à leur famille sur le territoire de la commune fait hurler au danger et à l’exclusion pour les uns et à la tactique purement politicienne pour les autres. Dans ces deux réactions, il n’est aucunement question d’êtres humains, les minorités du conseil municipal annoncent la couleur. Solidaires ? L’Etat ne souhaite plus l’être non plus avec les populations et les élus des communes abritant des quartiers populaires. Il ne souhaite plus trop s’embarrasser avec les corps intermédiaires (associations, syndicats…) qui pourraient alourdir le monologue « démocratique »
du gouvernement. Il annonce de nouvelles recettes mâtinées d’u  étrange rapport entre la couleur de peau des prescripteurs et celle des publics bénéficiaires… entre l’âge du président et celui supposé des idées. Solidaires ? Ceux qui ont des problèmes doivent trouver eux-mêmes les solutions, c’est dit, là aussi, au sommet de l’État et ça paraît tout de suite beaucoup moins cher à tout le monde, comme si le délitement social était le seul fait des « fainéants » qui n’ont de cesse d’aggraver la dépense publique. Intérêt général année zéro ? Faut-il jeter à la poubelle toutes les politiques nées avant notre président ? Ne voit-on pas partout pointer les canines populistes ? Alors Solidaires ! Oui, nous le restons et le resterons, ardents défenseurs de nos services publics, soutiens de nos associations, maillons et développeurs de nos territoires, garants de notre démocratie et des valeurs de la République. Nous resterons solidaires et ce, quels que soient nos âges et notre couleur de peau !