Tribune de la Majorité municipale

La ville avance, dans le tourisme, l’industrie… Mais combien de temps encore La Seyne sera-t-elle la seule ville de France de plus de 65 000 habitants privée de salles de cinéma ? Lors de la campagne électorale de 2014, l’opposition actuelle – une partie de ses candidats en tout cas, à l’époque -, avait trouvé intelligent de poser une chausse-trappe devant notre projet en votant contre le cinéma au sein de la CDAC (Commission départementale d’aménagement commercial). Succès. Bravo. Le projet avait été plombé en vol par ces chasseurs de voix (enfin… c’est ce qu’ils espéraient). La Seyne avait perdu un an, au bas mot. Et puis le maire, réélu (les Seynois n’ont pas trop apprécié ceux qui voulaient tirer profit électoral de l’échec de… toute la ville), a été contraint d’aller plaider (avec succès) auprès de la Commission nationale d’aménagement cinématographique (CNAC). Que de temps, que d’énergie, que d’argent perdus ! Les investisseurs y croient toujours, pourtant. Ils ont entamé la commercialisation et attendent le feu vert du Tribunal administratif pour démarrer les travaux. La Ville, pour sa part, a signé le bail avec les opérateurs et a réalisé les travaux de dépollution et de démolition d’une partie du site. Et bien cela ne suffit pas. Une association, seule contre l’écrasante majorité de la population, et peu soupçonnable de sympathie vis-à-vis de notre majorité, continue de s’opposer au projet. Recours contre le permis de construire. Pour quelle raison ? 6 000 citoyens ont signé une pétition, une foule
d’associations a apporté son soutien au projet de cinéma. Nous appelons tous les élus, toutes les forces politiques de cette ville à s’exprimer publiquement. Les Seynois comptabiliseront les extinctions de voix.