Le TCSP, parlons-en

La Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée et la municipalité ont organisé le 7 juillet dernier une réunion publique afin de débattre de la réalisation en 2017 du Transport collectif en site propre (TCSP).

Le projet du TCSP est sur les rails, ou plutôt en route puisque ce dont on parle aujourd’hui est d’un bus à haut niveau de service et non plus d’un tramway comme il en a longtemps été question. En préambule de cette rencontre, le vice-président de TPM chargé des transports, Yannick Chevenard, a rappelé la nécessité de privilégier tous les moyens de locomotion alternatifs à la voiture : « Il faut encourager l’utilisation du vélo, des deux roues, des transports en commun (bus et navettes maritimes) ainsi que la marche. L’objectif étant que la circulation des véhicules passe de 59% à 50% ». La Communauté d’agglomération souhaite améliorer le réseau actuel et annonce pour 2017 la mise en place de quatre nouvelles lignes à haut niveau de service, l’une de ces lignes étant celle du Transport en Commun en Site Propre. Seulement voilà, les propositions émises par TPM ne correspondent pas toutes au souhait de la municipalité. La Ville veut ainsi maintenir le tracé via le quartier Berthe où le site propre est déjà réalisé sur 2,6 km depuis 1999. Les élus seynois proposent également que le choix de passage entre l’avenue Gagarine et l’avenue Gambetta ne soit tranché qu’au terme du résultat de l’étude de mobilité. Concernant la traversée du port, le projet serait de reporter la circulation automobile vers l’avenue Louis Curet à l’est, sur un ouvrage simple à réaliser sur la mer afin d’apaiser la circulation sur le port et de pouvoir réinstaller des anneaux de bateaux sur les quais des anciens chantiers.

Enfin, le terminus, envisagé au droit de l’Atelier Mécanique par le Plan de déplacement Urbain, ignore le développement de multiples activités, économiques, touristiques, culturelles et la création de logements à Bois Sacré. Il serait donc pertinent de le déplacer aux environs de la Zone économique Grimaud.

« Considérant que la moitié des 6,5 km du tracé seynois sont déjà réalisés (2,6 km à Berthe et 0,6 km le long du Parc de la Navale), que la ville est la deuxième commune de l’agglomération avec 65 000 habitants et une croissance démographique constante, il est plus que justifié d’intégrer la totalité du tracé dès la première phase de réalisation », estime Denise Reverdito, adjointe à l’urbanisme et au développement durable.

Une position soutenue par la majeure partie des administrés venus exprimer leurs points de vue lors de cette enquête publique.

Patricia Le Goff