Tant que i siam… se cantaviam ?

Le groupe polyphonique vauclusien diffuse des auteurs célèbres ou inconnus, valorise sur scène les travaux de collectage, et réalise un vrai travail de popularisation. Il anime un stage de chant et propose un concert gratuit les 28 et 29 octobre.

« D’ivèrn, lo monde dau país tròba pas, au nòstre, de proposicion culturala, e destiu, aquela prepausicien es que de semblants de Johnny Hallyday. » Maria-Madalena Martinet va ditz francament. Ambe sei dos companhs, Damian Toumi e Mario Leccia, es una mena de proselita de la paraula populària, que son grope, Tant que li siam, mete en cançons. Aprofiechan lo trabalh de collectatge dau Teatre Rurau d’Animacion Culturala, de Baumas de Venèsia (84) d’onte vènon. E voudrián que lei Provençaus agan accès a son patrimòni.

Lei tres polifonistas que se fan un nom collectiu despuei un an, cantan tant de tradicionaus, que d’òbras dautors tant coneiguts coma Felix Gras, ò un pastissier de Carpentràs lo paure Gilabèrt Jouveau. La paraula d’òc, amb elei, ganha lo public.

Leis avèm vists e ausits a La Ciutat de la Musica a Marselha, au Festivau dau Chalhòl dins Champsaur, e encara a la fin d’avost as Ais per Musique dans la rueEs la còla cantanta provençala que totei vòlon a l’ora d’ara.

Lei veirem a La Seina lei 28 e 29 d’octòbre, onte Maria-Madalena e Damian bailejaràn un estagi de cant polifonic, a la convida dau Cèucle Occitan. « Se debanarà a l’Ostau dau Patrimòni lo dissabte e lo dimenge de matin » que ditz Catarina Nicodemi, dau Cèucle. « Ja, fòrça monde dau Cèucle de marcats, e rèsta benlèu quatre ò cinc plaças, que lo monde pòt sonar au 06 13 19 78 69 per nos rejónher ».

« Començarem per trabalhar la postura, lo biais de se tenir per cantar, de respirar, es la mecanica dau cantaire que nos fau totei conéisser », explica Maria Madalena. « Puei passarem ais armonicas, es a dire lo mescladís dei votz, particular segur au cant polifonic ».

De saber, que lo dimenge après-dinnar, dins lei cinc oras, les tres cantaires donaràn un concèrt a gratis au Fòrt Napoleon. Assajètz de lo pas mancar, qu’es un grand moment.

Michel Neumuller

Avec les suggestions lexicales de Pèire Bréchet, Servici de la Lenga Occitana.

Les mots d’oc

Semblant = sosie

A l’ora dara = actuellement

Bailejar = conduire, organiser

Mescladís = mélange

Puisque nous y sommes… si nous chantions

« En hiver, les gens du pays ne trouvent pas, chez nous, de proposicion culturelle, et l’été, ce ne sont que des sosies de Johnny Hallyday ». Marie-Madeleine Martinet le dit franchement. Avec ses deux compagnons, Damien Toumi et Mario Leccia, voici une sorte de prosélyte de la parole populaire que son groupe, Tant que nous sommes, met en chansons. Ils profitent du travail de collecte du Théâtre Rural d’Animation Culturelle, de Baumes-de-Venise (84) d’où ils viennent. Et ils voudraient que les Provençaux aient accès à leur propre patrimoine.

Les trois polyphonistes qui se font un nom collectif depuis un an, chantent autant de morceaux traditionnels, que d’oeuvres d’auteurs connus comme Félix Gras, ou un pâtissier de Carpentras, le regretté Gilbert Jouveau. La parole d’oc, avec eux, gagne le public.

Nous les avons vus et entendus à la Cité de la Musique à Marseille, au Festival du Chaillol dans le Champsaur, et encore à la fin d’août à Aix pour Musique dans la rue… C’est le groupe de chanteurs que tout le monde veut en ce moment.

Nous les verrons à La Seyne-sur-Mer les 28 et 29 octobre, où Marie-Madeleine et Damien animeront un stage de chant polyphonique, à l’invitation du Cercle Occitan. « Il se déroulera à la maison du Patrimoine le samedi et le dimanche matin » dit Catherine Nicodemi, du Cercle. « Il y a déjà beaucoup d’inscrits du Cercle, et il reste quatre à cinq places. Il faut appeler au 06 13 19 78 69 pour nous rejoindre. »

« Nous commencerons par travailler la posture, la façon de se tenir pour chanter, de respirer, c’est la mécanique du chanteur que tous doivent connaître » explique Marie-Madeleine. « Puis nous passerons aux harmoniques, c’est à dire le mélange des voix, particulier, bien sûr, au chant polyphonique. »

A savoir, le dimanche après-midi vers cinq heures, les trois chanteurs donneront un concert gratuit au Fort Napoléon. Essayez de ne pas le manquer, c’est un grand moment.