Restos du cœur : concert solidaire pour répondre à des besoins de plus en plus grands

Comment allier distraction et bonne action ? En vous offrant une après-midi concert au profit des Restos du cœur dimanche 18 mars au Casino Joa de La Seyne-sur-Mer*. Dans la foulée de la collecte nationale assurée par les bénévoles dans les supermarchés, ces 9 et 10 mars, et après le spectacle des Enfoirés diffusé sur TF1 le 9 mars également, le chanteur seynois Jean-Luc Bruno interprétera Brel et Piaf. L’Orchestre d’Harmonie Toulon Var Méditerranée, dirigé par Benoît Gonzalez, jouera ensuite L’Arlésienne de Bizet. Ces différentes initiatives permettront d’alimenter la campagne d’été qui débutera à la fin du mois (lire ci-après). Christian Lépine est responsable du centre de distribution de La Seyne-sur-Mer, il répond aux questions de la rédaction du Seynois.

Au moment où s’achève la campagne hivernale, quel bilan dressez-vous ?

Christian Lépine : Nous avons accueilli, à La Seyne (l’un des 21 centres de distribution du Var], 500 familles, ce qui fait plus de mille de bénéficiaires. Le nombre de familles est en forte augmentation puisqu’il était de 380 il y a 2 ans, de 418 l’an dernier. Nous observons une grosse progression du pourcentage de personnes seules et de personnes âgées. Nous accueillons également beaucoup de femmes seules avec des enfants, souvent des jeunes femmes.

L’évolution du contexte a-t-elle des répercussions sur votre mission ?

C.L. : La distribution alimentaire est primordiale, mais ça ne suffit plus. Notre objectif est d’aider à la réinsertion des gens. A La Seyne, nous sommes une quarantaine de bénévoles, nous créons un lien avec les bénéficiaires, nous essayons de déceler les problèmes auxquels ils sont confrontés. Nous avons en particulier développé, ces dernières années, notre action en faveur de l’accès aux droits. On ne prend pas la place des assistantes sociales, mais nous aidons par exemple à monter des dossiers pour des questions de logements insalubre, nous avons eu cet hiver, vingt personnes qui n’avaient jamais demandé le minimum vieillesse et que nous avons accompagnées.

Un coiffeur vient bénévolement une fois par semaine, nous organisons des sorties culturelles et de loisirs, hier [mercredi 7 mars, ndlr], nous avons emmené 50 personnes au cinéma, des personnes âgées pourront partir huit jours à Evian… Nous avons également un vestiaire. D’ailleurs nous récupérons aussi les vêtements, petits objets, électroménagers, articles pour les bébés… Tous les dons sont bienvenus, qu’ils soient financiers ou non.

Le nombre de bénéficiaires grossit, votre action s’élargit, mais qu’en est-il des moyens pour remplir vos missions ?

C.L. : A La Seyne, la Ville met à disposition des locaux et un véhicule pour les livraisons du lundi, mais les municipalités n’aident pas partout. Sur le plan national, 40% des marchandises viennent des dons, et jusqu’ici 30% venaient de l’aide alimentaire européenne issue des surplus achetés aux agriculteurs, mais ce soutien risque d’être supprimé. En 2017, il avait déjà diminué de 10% mais le gouvernement avait compensé. Est-ce que ce sera encore le cas ? Le reste vient des collectes, des actions et manifestations. Comme le concert du 18 mars, nous espérons donc que les gens viendront nombreux.

laurence.artaud@la-seyne.fr

*Concert à 16h (ouverture des portes à 15h). Entrée 15 euros, billetterie sur place ou sur Digitick.

Renseignements Restaurants du cœur de La Seyne au tél. 04 94 30 08 08

En photo : le responsable Christian Lépine (à gauche) avec des bénévoles lors de la dernière journée de distribution.