Relance du commerce : c’est parti !

Pour soutenir la vitalité économique commerciale et artisanale de son centre-ville, la municipalité a signé deux conventions avec la Chambre de commerce (CCIV) et la chambre des métiers du var (CMAV).

Si le maire n’hésite pas à utiliser des mots forts en lâchant que « Le centre-ville est à la ramasse », devant les deux représentants des chambres consulaires, c’est parce que la ville est désormais bien entourée pour retrouver une dynamique économique de son centre qui, il y a 50 ans à peine, attirait les chalands de toute la rade. Après la visite des représentants de l’EPARECA(*) en vue d’engager une démarche de reconquête des espaces commerciaux, et avant la visite du sous-préfet à la ville, le maire Marc Vuillemot, signait avec Robert Giordano, représentant le président de la Chambre de Commerce et Jacques Montano, président de la Chambre des métiers, deux conventions afin d’allier la puissance publique et les forces consulaires dans la redynamisation économique et commerciale du cœur de ville. Comme le répétait Jacques Montano, « l’artisanat est la première entreprise de France et elle est le garant du transfert des savoir-faire et savoir-être. Nous mobiliserons tous nos efforts pour La Seyne-sur-Mer afin d’évaluer le tissu existant, réaliser des diagnostics et accompagner l’installation de jeunes entrepreneurs. »

Faciliter la reprise d’activité

Robert Giordano affirmait quant à lui que « la CCIV aidera le centre-ville en épaulant l’association « Cœur de Ville » et en anticipant mieux les fermetures de commerces tout en facilitant la reprise d’activité. » La collaboration avec la CCIV permettra également de travailler sur un lien renforcé entre l’accueil des croisiéristes et le cœur de ville. L’année prochaine, un nouveau terminal d’accueil des bateaux de croisière accueillera dans les meilleures conditions possible, les touristes des 100 escales programmées pour 2016. La première pierre de ce chantier, qui illustre déjà le partenariat efficace entre la CCIV et la Ville, a été posée le 1er juillet. 1,5 million d’euros seront investis dans cet équipement touristique indispensable pour inviter les croisiéristes à visiter les charmes de La Seyne-sur-Mer.

sylvette.pierron@leseynois.fr

(*) Etablissement public d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux

Le sous-préfet Sabry Hani visite le centre-ville avec le maire

Quoi de neuf chez vos commerçants du coeur de ville ?

La fromagerie en bas du cours Louis-Blanc

En bas du cours Louis-Blanc, Sandrine Ofleidi a ouvert depuis le mois de mai sa fromagerie juste devant le stand de légumes de son mari Réginald. Elle a repris les locaux du salon de coiffure pour agrandir sa gamme de produits frais. Encore récemment notre jolie fromagère vendait ses fromages sur le marché tout à côté de son cher et tendre. Mais ils ne sont pas loin l’un de l’autre et vous accueillent chaleureusement désormais tous les matins. Bientôt, dès 15h30, les mardis, jeudis et vendredis, Sandrine compte bien sortir tables et chaises pour déguster à l’ombre des platanes ces délicieux fromages.

Un traiteur portugais dans l'ex-boutique Gory

Marie-Christine a inauguré son magasin juste le jour de la fête de la musique, le 21 juin dans les locaux de l’ancien magasin Gory. Un espace traiteur et un lieu en libre-service de cuisine portugaise, voilà qui est pour le moins original. Dès que l’on entre, une bonne odeur envahit nos narines et cela donne envie de goûter à tout ! L’Obelem compte bien ouvrir aussi sur l’extérieur et vous proposer le petit déjeuner le matin, une formule du midi et le goûter l’après-midi. Les passants sont déjà ravis de le voir s’installer.

La poissonnerie du Val Marée sur le cours

Vous connaissez tous le Val Marée, mais savez-vous qu’il déménage cours Louis-Blanc, juste à côté de notre fromagère ? Valérie Fiesch croit en sa ville et compte bien le montrer. Pleine d’énergie et de bonne humeur, elle exerce ce métier depuis ses 18 ans avec son mari, pêcheur, qui lui apporte les poissons frais le matin. L’ancienne boutique de lingerie devient donc sa poissonnerie et elle crée un commerce d’épicerie fine de la mer et du terroir juste à côté. Ses projets ? Investir l’extérieur pour une dégustation de coquillages et ouvrir les mardis, vendredis et samedis.