Rats-le-bol !

 La Ville et Terres du Sud Habitat ont mené une campagne de dératisation à Berthe. Une forme d’incivisme explique en partie la prolifération des rongeurs.

De part et d’autre de l’avenue Bartolini, ils avaient élu domicile. Mais pas seulement, les rats avaient aussi squatté la crèche des Colombes au Vendémiaire et deux immeubles du Messidor. Et que fait un rat quand il est bien installé, au chaud et en famille ? Des ratons. Les deux campagnes de dératisation annuelle n’ont pas suffi à éliminer les rongeurs. Il fallait agir vite. La municipalité et Terres du Sud Habitat se sont mobilisés face aux doléances de nombreux résidents. Au delà des multiplications de ces opérations coûteuses, de simples réflexes citoyens sont plus efficaces que toutes les dératisations. Pour prévenir la venue des rongeurs, ou tout du moins leur prolifération, « il faut en finir avec les ordures ménagères déposées en dehors des conteneurs qui doivent être refermés à chaque usage », explique le technicien de la Générale de désinfection. Ceci dit, l’incivisme n’explique pas tout. Les nombreux travaux de rénovation dans le quartier agitent les rats et les poussent vers des lieux plus tranquilles.

Combien ça coûte ?

« Le budget annuel consacré par la commune à la désinfection, dératisation et dépigeonisation varie entre 50 000 et 100 000€, explique Olivier Andrau, conseiller municipal délégué à l’hygiène et à la santé. La mutualisation des moyens que nous mettons en oeuvre depuis une dizaine d’années est synonyme d’efficacité ».

sylvette.pierron@la-seyne.fr