Quauquei pas en musica

Début octobre le Cercle Occitan a attiré une trentaine de stagiaires d’un jour autour des danses occitanes. Au début on se marche un peu sur les pieds, ensuite on prend plaisir à entamer polkas et escotichs. Les balètis seynois verront plus de monde demain.

Un pas de costat, dos en avant, puei lei dònas s’avançan soletas. Per lo moment es un pauc mecanic, mai lèu leis estagiaris dun jorn s’escarabilhon. Tapotejant d’un arquet sus lei còrdas de son instrument, lo mèstre de dança, Miquèu Tournan, dona la cadéncia.

Au mitan de la sala ampla de la Borsa dau Trabalh, una trentena de dançaires començaires an respondut a la crida dau Ceucle Occitan de La Seina. « S’agís per nosautres d’atrivar de monde aquí, amb un estagi a gratis, que lo monde i vèn per sinteressar a un aspècte ben agradiu de nòstrei tradicions » que ditz, risoleta, Catarina Nicodèmi, una dei bailessas dau Ceucle.

Dins un recanton, vaquí ja lo pareu de musicaires qu’animaràn tot ara lo balèti dau sera. Joan-Pèire es lun dei dos dau Tournicoton Electrad’òc, e li agrada de faire dançar lo monde, mai pas solament : « assajam de faire passar lo messatge, parlam provençau, parlam de nòstra culturasegur que l’i a de monde que vèn per cambejar, an rason ! Mai se li a mai quaquò nos fa gaug ».
Virgile a vist la reclama dau Ceucle e es vengut ambé son cosin. Parla pas occitan, aqueu joine de vint-e-cinc ans ; es vengut premier per dançar. « Siáu afogat de bal trad… se ditz « balèti » aquí. Perqué non… Benlèu que massajarai a parlar, mai èra pas ma prioritat quand siáu vengut ».

Miquèu Tournan vèn de passar de temps a comptar lei pas dei dançaires que, de fes que i a, se caucigan un pauc lei pès. « Un-dos-tres-quatreun-dos-tres-quatre… » Vaquí la pauseta, una occasion per parlar un pauc ambé lo cantaire qu’anima pereu lo còr dau Ceucle. « Tot es vengut daquí, de l’atalhier de cant. Lei sòcis m’an demandat de faire de « cants a dançar ». Mai per aquò fau ben saber dançar una briga. Alòr vaquí que li siam ! ».

Per eu loccitanitat es la lenga, segur, mai tanben totei lei practicas de la cultura, e dançar es pas la mai desagradiva. « Esperam coma aquò alargar lo ceucle dei gents qu’an enveja de partejar au nòstre un biais de viure ensens, en bèla convivéncia ».

Lei vaquí ja, leis estagiaris, venguts tant de Tolon e de Sièis-Forns coma de La Seina, que se tenon dos per dos, en braceta, per une marcha fòrça ritmada. Es lo mestier que vèn, qué !

Michel Neumuller

Avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur certifié d’occitan-langue d’oc

Les mots qui comptent

Baile = responsable, dirigeant

caucigar = piétiner, marcher sur qc.

s’escarabilhar = se dégourdir

En braceta = en se tenant par le bras

sòci = associé > adhérent

Quelques pas en musique

Un pas de côté, deux en avant, puis les femmes s’avancent seules. Pour le moment c’est un peu mécanique, mais vite les stagiaires d’un jour, s’enhardissent. Frappant de l’archet sur les cordes de son instrument, le maître de danse, Michel Tournan, donne la cadence.

Au milieu de la vaste salle de la Bourse du Travail, une trentaine de danseurs débutants ont répondu à l’appel du Cercle Occitan de La Seyne.  » Il s’agit pour nous d’attirer du monde ici, par un stage gratuit, et ceux qui y viennent s’intéressent à un aspect bien agréable de nos traditions «  dit, souriante, Catherine Nicodèmi, une des dirigeantes du Cercle.

Dans un coin, voici déjà le couple de musiciens qui animeront tout à l’heure le bal du soir. Jean-Pierre est l’un des deux du Tournicoton Electra d’oc, et il aime faire danser, mais pas que ça :  » Nous essayons de faire passer le message, nous parlons provençal, nous parlons de notre culture… il y a bien sûr des gens qui viennent pour se dégourdir les jambes, ils ont raison ! Mais nous nous réjouissons s’il y a plus que ça « .

Virgile a vu la publicité du Cercle et il est venu avec son cousin. Il ne parle pas occitan, ce jeune de vingt-cinq ans ; il est venu d’abord pour danser.  » J’adore les bals trad… on dit balèti ici. Pourquoi pas… j’essaierai peut-être de parler, mais ce n’était pas ma priorité quand je suis venu ».

Michel Tournan vient de passer du temps à compter les pas des danseurs, car parfois, ils se marchent un peu dessus.  » Un-deux-trois-quatre…. un-deux-trois-quatre… «  Voici la pause, une occasion de parler un peu avec le chanteur qui anime également le chœur du Cercle. « Tout est venu d’ici, de l’atelier de chant. Ses membres m’ont demandé de faire des chants à danser. Mais pour faire ça, il faut bien savoir danser un peu. Alors, nous y voilà ! ».

Pour lui, l’occitanité est la langue, bien sûr, mais aussi toutes les pratiques culturelles, et danser n’est pas la plus désagréable. « Nous espérons comme ça élargir le cercle des gens qui ont envie de partager chez nous une forme de vivre ensemble, en bonne connivence« .

Les voilà déjà, les stagiaires, venus de Toulon et de Six-Fours comme de La Seyne, par deux, se tenant par la main, pour une marche très rythmée. Le métier rentre !