Place Germain Loro : réaménagement en vue

Bientôt un nouveau visage pour l’entrée ouest du centre ville. Objectif : améliorer cet espace sur-fréquenté, tout en valorisant le patrimoine.

La place Germain Loro ne doit pas seulement faire peau neuve pour offrir une entrée de ville attrayante. Son réaménagement est en effet déterminé par les différents usages qui s’y côtoient : l’accès au marché du cours Louis-Blanc, la fréquentation des deux mille élèves de l’Institution Sainte-Marie, le passage des automobilistes… Sachant qu’une étude fait apparaître qu’au pic de la journée, 820 véhicules par heure (550 en moyenne) s’engouffrent dans la rue d’Alsace (au débouché de la place Loro). « Et il s’agit dans le même temps d’optimiser un atout patrimonial », souligne Florence Cyrulnik, conseillère municipale déléguée au patrimoine. Car l’opération permettra de valoriser la chapelle néogothique des Maristes qui vient d’être restaurée. L’élue voit donc se mettre en œuvre une opération sur laquelle elle se penche depuis une dizaine d’années, le résultat, précise-t-elle, « d’un travail mené en collaboration avec l’institution Sainte-Marie et les Bâtiments de France ». L’entrée de l’établissement sera déplacée, les parents pourront ainsi emprunter la rue Charles Gounod après la dépose minute des élèves. Mais surtout, et c’est ce qui changera vraiment le visage du site, son mur d’enceinte sera abattu, remplacé par une grille afin d’élargir la perspective sur la cour et « le joli bâtiment ». Ainsi, la chapelle ne sera plus cachée mais au contraire valorisée. Le site sera « traité comme une place urbaine et non plus dans l’esprit d’une voirie », explique Michèle Perrin, responsable du Service habitat et patrimoine architectural. L’opération comprend également un « volet végétal » pensé dans le sens du programme « Nature en ville », la circulation des piétons, l’accessibilité et les modes de déplacement doux seront privilégiés. Les travaux doivent être amorcés d’ici la fin de l’année par « le point dur de l’aménagement », comme le souligne l’élue, à savoir le déplacement du transformateur EDF. Le programme sera ensuite conduit en plusieurs phases tout au long de l’année 2018.

laurence.artaud@la-seyne.fr

Avant/après : croquis d'un projet pensé pour offrir « un espace apaisé ».