« On fait vraiment du droit »

La Maison de la justice et du droit (MJD) offre une présence judiciaire gratuite et de proximité, Thierry Bodiger en est le greffier depuis septembre 2017. Présentations.

Thierry Bodinger ne perd pas de vue qu’il remplit une mission de service public. « Nous sommes là pour être à l’écoute des usagers », souligne le greffier qui, depuis septembre dernier, gère la Maison de la justice (MJD) de La Seyne-sur-Mer* (ainsi que celle de Toulon). Presque neuf mois d’expérience lui permettent d’affirmer qu’occuper un tel poste, c’est « quelque chose d’atypique dans la vie d’un greffier, c’est enrichissant à la fois personnellement et professionnellement ». « Porte d’entrée » ouverte à tous, la MJD donne en effet accès à l’administration judiciaire dans tous ses domaines : « On fait vraiment du droit, on touche à toutes les procédures », à savoir aux procédures pénales, civiles ou prud’homales… « Nous sommes armés pour une première réponse à une question juridique, mais il n’y a pas de prise en charge de dossier », précise toutefois Thierry Bodiger. Antenne du Palais de justice, la MJD requiert « les mêmes règles de déférences », le greffier reçoit sur rendez-vous (15-20 minutes) et « essaie de débroussailler le problème » parmi « un feu d’artifice de questions ». Lorsque la problématique sort de son champ d’intervention, il détermine le bon interlocuteur. Avocat, notaire, conciliateur de justice… « ici les consultations sont gratuites », insiste l’officier de justice. Thierry Bodinger rappelle qu’il a un devoir de neutralité : « Je donne les possibilités mais je ne peux conseiller ». Les affaires familiales (divorce, garde de l’enfant, paiement de la pension alimentaire…) constituent la part la plus importante des demandes, mais le greffier est également sollicité pour des conflits de voisinage, des conflits au travail, des expulsions locatives, des questions de succession, de tutelle, des infractions au code de la route… « Chaque matin, c’est différent ! »

laurence.artaud@la-seyne.fr

*La MJD se trouve au sein de la Maison des services au public (Germinal A4, 98 av. Louis Pergaud, à Berthe). Tél. 04 94 63 50 98.

Focus

Dépôt de plainte, main courante, quelle différence ? Déposer une main courante permet de dénoncer des faits aussi bien en tant que victime que témoin. Mais à moins que les forces de l’ordre considèrent que ceux-ci constituent une infraction, la main courante ne déclenchera pas une enquête : elle datera officiellement les faits en cas de procédure judiciaire ultérieure. Comme la plainte, la main courante se dépose auprès de la police nationale ou de la gendarmerie. Si vous vous estimez victime d’une infraction, la plainte est l’acte par lequel la justice en sera informée. Sa réception ne peut en aucun cas vous être refusée. Celle-ci peut être déposée contre une personne identifiée ou non (plainte contre X) et sera transmise au procureur de la République.

Plus d’infos notamment sur les délais de prescription en cliquant ici.