Nuitées seynoises : luxe et authenticité

Avec les ouvertures du Grand Hôtel des Sablettes et de l’iBis, et, celles plus anciennes du Kyriad, des Rives d’or et du Cannier, La Seynesur- Mer étoffe son offre d’hébergement avec du luxe mais aussi de l’authenticité et du design. Un éventail de prestations hôtelières qui devraient satisfaire les touristes d’aujourd’hui.

Les portes de verre trempé s’ouvrent sur un hall d’où s’échappent deux escaliers si bien restaurés qu’on peut imaginer George Sand et son amant Chopin les dévalant gaiement après une sieste crapuleuse au Golf Hôtel (l’ancien nom du Grand Hôtel des Sablettes). Un bouquet de centaines de fleurs accueille les hôtes en même temps qu’un chasseur les oriente avec élégance, jusqu’à la réception. Ici, tout invite au voyage, tout est chiné dans l’esprit de l’époque de Michel Pacha. Une époque, bien avant celle des congés payés, où le tourisme ne concernait qu’une seule classe sociale, oisive et richissime, les nobles voulant échapper à la rudesse de l’hiver.

« Bienvenue au Grand Hôtel des Sablettes Plage ! », annonce le chasseur. « La rooming-list est presque pleine, en ce premier jour d’ouverture, explique la réceptionniste, vêtue d’un tailleur bleu et d’une marinière, à la mode des hôtesses de paquebots de la Belle époque. Nous avons l’honneur de recevoir parmi nos premiers hôtes des Américains, des Suisses et des Anglais entre autres ».

Trois nouvelles tables à La Seyne-sur-Mer

L’hôtel 4 étoiles, géré par la famille Lelièvre des Pins penchés à Toulon, et labellisé Curio, a collection by Hilton, possède trois restaurants. Celui de l’hôtel dans une magnifique galerie et terrasse face à la mer et, les deux autres situés dans le bâtiment annexe (l’ex-Casino Joa) : un gastronomique au rez-dechaussée, et, une brasserie de la mer au premier étage. Nul besoin d’être client de l’hôtel pour déjeuner ou dîner à la Galerie. « Ce midi (NDLR : jour de l’ouverture), le restaurant La Galerie était complet, avec la clientèle locale qui passait par la promenade Charcot et qui a voulu tester cette nouvelle table seynoise ». Il y a une dizaine d’années, la ville souffrait de son manque de lits. Si l’offre hôtelière est le moteur du développement touristique, La Seyne-sur-Mer a su rattraper son retard depuis. Avec les ouvertures du Kyriad, des Rives d’or, de l’Ibis, les rénovations du Cannier et de la Frégate, l’offre des nuitées seynoises est devenue diverse et variée, pour satisfaire des touristes qui ont découvert la destination depuis. « Vous savez, pour un Américain, explique Stéphane Lelièvre, gérant du Grand Hôtel des Sablettes, La Seyne-sur-Mer c’est juste la Côte d’Azur, ça le fait rêver et rien de plus ! ».

Une offre hôtelière diversifiée

La ville possède 13 hôtels, 11 chambres d’hôtes, 58 locations meublées, deux villages de vacances, quatre campings et un centre d’accueil jeunes. Tout dernièrement encore, la ville démontrait encore son potentiel attractif avec le passage de Julie et Pierre, les gérants de La Frégate à l’émission de TF1, Bienvenue à l’hôtel. L’hôtel Kyriad, qui a ouvert il y a quelques années, s’est vu remettre une quatrième étoile après quelques mois d’ouverture. La France est, depuis plus de 20 ans, le pays le plus visité au monde avec quelque 80 millions de touristes par an en moyenne. En jargon du tourisme, rappelons qu’un “visiteur” est transformé en “touriste” dès qu’il passe une nuit sur place. Notons juste qu’un touriste dépense en moyenne trois fois plus qu’un visiteur sur place. On comprend dès lors pourquoi l’offre hôtelière est importante dans une région comme la nôtre, où le tourisme est la première activité économique, et parfois même la seule. Alors, bonnes nuits à La Seyne-sur-Mer !

sylvette.pierron@la-seyne.fr