Notre Dame de Bon Voyage : un vitrail, des vitraux

Il y a quelques mois, Frédérique Duran, maître-verrier, créatrice des vitraux de Notre Dame de Bon Voyage (et de Notre Dame de la Mer à Mar Vivo) dans les années 60 est revenue sur ses pas pour un projet singulier.

Voilà une belle histoire à raconter… Celle d’une dame qui a quasiment traversé un siècle et qui est toujours animée de cette belle énergie pour créer encore et encore. A l’orée des années 60, le maire Toussaint Merle et le curé Abelé lui passent commande d’une série de vitraux pour remplacer ceux soufflés par les terribles bombardements de la guerre. L’Eglise Notre-Dame de Bon Voyage a subi de lourds dommages, Frédérique Duran attendra de longs mois que les arches soient reconstruites. Elle s’attache alors à réaliser 38 vitraux de représentation abstraite qui seront constitués de lames de verre d’environ 25mm d’épaisseur dans une gamme de  couleurs volontairement limitée. Le maître-verrier scelle ces lames entre elles grâce à un joint de sa fabrication, sans métal. Cette ancienne élève de Braque et amie d’Arletty leur donne des titres que l’on pourrait estimer narratifs. Ainsi, “Dans une matière magnifiée l’Esprit peut s’épanouir” ou “D’où va surgir le premier fer de lance de la vie” unissent dans les mots la lumière qui traverse le verre et l’espoir qui lui est associé. Aujourd’hui  âgée de 96 ans, Frédérique Duran pense légitimement au devenir de son oeuvre. Avec la Ville, elle travaille à une publication qui devrait voir le jour en 2018 sur la base d’une souscription. Elle y abordera bien entendu ses vitraux et également, un intéressant propos lié à l’histoire du verre la positionnant de fait dans ce sentier lumineux vieux de plusieurs millénaires.

Jean-Christophe Vila

Frédérique Duran, Maître-verrier