“Nos faudriá atraire de joines a la lenga”

Les jeunes, ce sont eux qui manquent à la pratique et à la défense du provençal, selon Claude Dini. L’élu seynois s’en est ému lors des voeux du Forum d’Oc, auquel adhère la commune.

Lei comunas qu’an aderit au Forum d’òc an, d’unei, endraiat una politica favorabla a la lenga un còp venguts sòcias ; an plaçat de placas de carrièras e fach de demandas ais escòlas… D’autrei an aderit au Forum que ja menavan una politica de transmission de la lenga occitana. La Sanha es dins aqueu cas de figura. E mai totei assajan de se rescontrar, per profichar de l’experiéncia de l’autre. Lo Forum d’Òc, malhum d’associacions de mantenaires e promotors de l’occitan, ne’n fa mestier d’aqueu partatge. « Lo Forum es l’instrument de totei » o poguèt dire Mirelha Benedetti, elegida a La Cieutat, onte convidava lo Forum per li desirar la bòna annada, lo 31 de genier passat. I aviá convidat, en particular, son collèga Sanhenc, Claudi Dini, que participèt au debat. « A La Sanha, » de sotalinhar, « amb un bòn malhum associatiu : lei Cigaloun Seinen e lo Ceucle Occitan ambe son atalhier d’aprendissatge de la lenga, sa corala e seis mòstras, avèm de monde e de vòlha per partejar la lenga, e nosautres avèm l’enveja d’ajudar de còlas tant valentas ». Per tant, fau pas s’escondre darrier son det, de dire l’elegit : « Fau ben veire que dins leis acamps onte vau, i a fòrça peus blancs, e pas tant de joines. » e de convidar lei sòcis dau Forum a chifrar sus aquela realitat. La musica a promoure ? Coma en Bretanha diguèron d’autres, onte la lenga e la cultura son un mejan de mesclar lei generacions. « De slam en occitan, mon pantalh ! » de s’exclamar un tresen. « Reservar la plaça, e la premiera, ai joines, li deuriá dona l’enveja de faire de causas per la cultura dau país, deuriá èstre la tòca de totei » d’ajustar un autre. Es que leis iniciativas florissan. A Gème coma as Ais, lo monde s’acampa per de « cafès provençaus », ont aquelei que charran ben rescòntran d’un biais conviviauaquelei que vòlon parlar. E a La Sanha, fa un pareu d’ans qu’organisan de « charradocadissas », neologisme que vòu dire que s’i parlarà un brave moment : s’es agut trobat fins a seissantas personas per cantar, e se parlar en occitan. La Comuna de La Sanha s’associèt dau Forum d’Òc en 2016. E lo Forum diplomèt la Vila a l’ora de son congrès, tengut en octòbre 2017 a Forcauquier. Claude Dini aviá alora recebut lo document dei mans de Guiu Revest son president.

Michel Neumuller

Ecrit en graphie classique avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, président de l’Institut d’Estudis Occitans

Les mots d’Òc pour le dire
Atraire = attirer
Malhum = réseau (ce qui est tissé de mailles)
Vòlha = entrain
Sòci = adhérent
Pantalh = rêve
Charrar = causer

Il faudrait que nous attirions des jeunes à la langue

Les communes qui ont adhéré au Forum d’Oc se sont, pour certaines, engagées dans une politique favorable à la langue après cette démarche ; elles ont posé des plaques de rue et fait des demandes aux écoles… d’autres ont adhéré au Forum alors qu’elles menaient déjà une politique de transmission de la langue. La Seyne est dans ce cas de figure.

De plus, toutes essaient de se rencontrer pour profiter de l’expérience de l’autre. Le Forum d’Oc, réseau d’associations de mainteneurs et de promoteurs de l’occitan, se fonde sur ce partage. « Le Forum est l’instrument de tous », a pu dire Mireille Benedetti, élue à la Ciotat, où elle invitait le Forum pour lui souhaiter une bonne année, le 31 janvier dernier.

Elle y avait convié, en particulier, son collègue seynois, Claude Dini, qui participa aux débats. « A La Seyne , souligna-t-il, avec un bon réseau associatif : Les Cigalons Seynois et le Cercle Occitan avec son atelier d’apprentissage de la langue, sa chorale et ses expositions, nous avons du monde et de l’énergie pour partager la langue, et nous, nous avons l’envie d’aider des équipes aussi vaillantes » .

Pour autant, il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt, dit l’élu : « Il faut bien voir que dans les réunions où je vais, il y a beaucoup de cheveux blancs et pas trop de jeunes. » et en cela d’encourager les membres du Forum à se pencher sur la question.

« Promouvoir la musique, comme en Bretagne ?… » dirent d’autres, où la langue et la culture sont un moyen de mêler les générations. « Du slam en occitan, mon rêve ! », de s’exclamer un troisième. « Réserver la place, et la première, aux jeunes, cela devrait leur donner l’envie de faire des choses pour la culture du pays, cela devrait le but de tous » ajoutait un autre.

C’est que les initiatives fleurissent. A Gémenos comme à Aix, du monde se rassemble dans des « cafés provençaux », où ceux qui parlent bien rencontrent d’une manière conviviale ceux qui veulent parler.

Et à La Seyne, cela fait quelques années que s’organisent des « charradocadissas », un néologisme que veut dire qu’on y parle un bon moment : on y a compté jusqu’à une soixantaine de personnes pour chanter et discuter en occitan.

La Commune de La Seyne s’est associée au Forum d’Oc en 2016. Et le Forum remit un diplôme à la Ville au moment de son congrès, tenu en octobre 2017 a Forcalquier. Claude Dini y avait alors reçu le document des mains de Guy Revest son président.