Ni Sud ni Paca mai Prouvenço

Une pétition en ligne circule et recueille maintenant plus de 15 000 signatures, pour que la région Provence s’appelle officiellement “Provence”, pas “Sud” ni “Paca”, identités fabriquées. La Ville de La Seyne a adopté une motion en ce sens.

I avié leis abitan de païs coumo l’URSS o leis USA, segur. Mai i disèn comunament leis “American” o lei “Russo”… Jamai leis “Uessian”. Alor perqué serian de “Pacalian” ? Es que l’afrous acrounime de “Paca” degun s’i póu recounéisse, a part lei pus jouine, que sempre l’an entendu, per forço. Despièi lou 20 de decembre passa, nostre Conseu Regiounau li ajusto que sian dau “Sud”. Lou sud de que ? Mistèri… Basto coum’acó, s’es dit lou premié cónsoul de La Sagno de Mar, Marc Vuillemot, qu’a counvida soun counseu municipau que vouté uno moucioun en febrié : aquelo nous dis simplamen que nousautre sian en “Prouvenço”. Pas mai, pas mens. A la fin de mars, counvidavo aqueu de cop lei promoutour d’uno peticioun en ligno, aro couneissudo : « Ni sud ni Paca », qu’aro rabaio mai de 15 000 signaturo sus lou ouèb. « Prouvenço dis ben nostro realita pluralo, que se bastis en identita souplo », dixit Marc Vuillemot. Federo, recampo tóutei, de Niço au Rose, e de La Sanha a Briançoun, la paraulo “Prouvenço”. Li a pas agrada la decisioun dau Counseu Regionau au premié cónsoul, e tampau lou biai de decidi, en pichoun coumita, senso demanda au brave mounde s’èron counsen de si veire ansin impausa uno identita qu’es pas sieuno. Am’éu, i avié, a la counferenço de presso, de pouli mounde : lei baile dóu Ceucle Oussitan, lo majourau Claudi Fiorenzano, lou proufessour Claudi Tautil, qu’a rementa fouarço causo sus lou biais de dire lei liue de Prouvenço. E segur lou lançaire de la peticioun, Arvéi Guerrera, qu’a vougu precisa : « Aro es plus mieuno, mai es de tout aquelei que voualoun apara nostro identita regiounalo. » Per tout aquéu mounde, lei Prouvençau, que siegon dóu bres o que l’i siegon vengu planta caviho, rèston pas en Paca, pas mai au Sud, mai ben en Prouvenço.

Michel Neumuller

Ecrit en graphie mistralienne, avec les suggestions du professeur Pèire Brechet.

www.change.org : ni sud ni paca

Les mots d’Òc pour le dire
Ajusta = ajouter
Rabaia = ramasser, recueillir
Tampau = non plus
Poulit = joli
Beile = meneur, organisateur
Apara = défendre
Bres= berceau
Planta caviho = s’installer

Ni Sud, ni Paca mais Provence

Il y avait les habitants de pays comme lURSS ou les USA, bien sûr. Mais nous les appelons communément les « Américains » ou les « Russes » jamais les « Uessiens ». Alors, pourquoi serions-nous des « Pacaliens » ? C’est parce que laffreux patronyme de Paca personne ne peut sy reconnaître, à part les plus jeunes qui lont toujours entendu, par force. Depuis le 20 décembre dernier, notre Conseil Régional y ajoute que nous sommes du Sud. Le Sud de quoi ? Mystère…

Ça suffit ! s’est dit, le maire de La Seyne, Marc Vuillemot, qui a convoqué son conseil municipal qui vota une motion en février : elle affirme seulement que nous sommes en « Provence ». Ni plus ni moins.

A la fin du mois de mars, il invitait cette fois les promoteurs dune pétition en ligne, maintenant connue : « Ni Sud, ni Paca » qui rassemble plus de 15 000 signatures sur le web. « Provence dit bien notre réalité plurielle, qui se bâtit en identité souple. » dixit Marc Villemot. Il fédère, rassemble tous de Nice au Rhône, et de La Seyne à Briançon, le mot Provence.

Avec lui, il y avait, à la conférence de presse, du beau monde : les dirigeants du Cercle Occitan, le majoral Claude Fiorenzano, le professeur Gerard Tautil qui a rappelé plusieurs notions sur la façon de nommer les lieux de Provence. Et bien sûr, le lanceur de la pétition Hervé Guerrera, qui a voulu préciser : « Maintenant, elle ne mappartient plus mais elle est à tous ceux qui veulent défendre notre identité régionale. »

Pour tous, les Provençaux, de naissance ou dadoption, ne sont pas ceux qui habitent en Paca, ni au Sud, mais bien en Provence.