Monaco Marine : ouverture en septembre 2017

Le 24 mai dernier, Monaco Marine a officiellement lancé les travaux de son 7e chantier naval sur le site de Bois Sacré. Investissement global : 20 millions d’euros pour 40 emplois directs et plus de cent indirects.

Il aura fallu cinq années de tractations. Mais le résultat est là : dans un peu plus d’un an, le spécialiste en maintenance de yachts de luxe, Monaco Marine, inaugurera à La Seyne-sur-Mer son 7e site entre Monaco et La Ciotat*. « Il s’agira d’un chantier complémentaire des autres, car pouvant accueillir des structures de 40 à 60 mètres pour 15 millions d’investissements en fonds propres », précise Michel Ducros, fondateur de Monaco Marine. Les chefs de chantiers indépendants, comme la recherche qualité-sécurité, assurent le renom de l’entreprise créée en 1995 : « Les carnets de commande sont pleins. Nous sommes à proximité de sites de formation (NDLR : l’IPFM) pouvant nous procurer des techniciens en devenir. Pour un emploi direct, trois à quatre sont induits par nos sous-traitants, à 60% locaux », explique toujours Michel Ducros.

Au cœur de la rade

La haute saison, de janvier à juin, précède celle de la période touristique. Un vrai complément pour la rade toulonnaise et le premier département touristique de France : « Les 3 000 m2 de bâtiments, abritant atelier et accueil des clients, respecteront les normes environnementales 14 001 », complète la responsable du développement, Chantal Leméteyer.

Robert Cavanna, président du Syndicat mixte Port Toulon Provence (PTP), a rappelé que PTP et la CCIV avait investi 5 millions d’euros « dans la partie maritime et les 150 m de quais linéaires ». Raphaële Leguen, première adjointe dont l’action a été saluée par Michel Ducros, a quant à elle estimé que « par ce chantier majeur, La Seyne renouait avec son passé et portait toute la rade avec d’autres acteurs tels que Riviera Yachting Network ».

Enfin, Hubert Falco, président de la Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée, a martelé que « rien n’aurait pu être fait dans la rade sans l’appui de la Marine nationale et la coopération des 12 communes de TPM » : « Qui aurait imaginé, il y a quelques années, la rade escale pour les croisiéristes, la transformation de la base navale de Saint-Mandrier pour recevoir IMS 700 et aujourd’hui l’installation de Monaco Marine à La Seyne ? ». Le fruit, selon Hubert Falco, de la complémentarité, de l’intérêt général pour une « rade sans frontière ».

Gwendal Audran

*La Ciotat – Golfe de St Tropez – Antibes – St Laurent du Var – Beaulieu sur Mer et Monaco

Plus d’infos sur monacomarine.com/fr/

35 000 m2 de terre-plein