Monaco Marine : livraison septembre 2018

Si 2017 a vu la partie maritime du site de Monaco Marine enfin achevée, le premier semestre 2018 verra son terre-plein et ses bâtiments finalisés. Livraison prévue en septembre prochain.

C’est la dernière ligne droite. Sur les 35 000 m2 aménagés entre la zone Grimaud et le fort de l’Eguillette, la structure métallique de l’ancien magasin général trône au centre du chantier. « Elle accueillera un hangar, une salle de conférence de 150m2, des bureaux, les ateliers sans oublier une salle de sport et un salon pour les équipages des yachts et catamarans », explique François Carpente, directeur technique des infrastructures de Monaco Marine.

Côté mer, la Communauté d’agglomération TPM a terminé ses aménagements. Une cale de mise à l’eau, ainsi qu’une darse ont été élaborées : « Cette dernière sera équipée d’un portique à chariot. Des unités pesant jusqu’à 560 tonnes et mesurant jusqu’à 55 mètres sur 14 pourront être mises à sec », raconte l’ingénieur. Un atout face aux concurrents barcelonnais. Plus à l’Est, les 156 mètres de quai aboutissent à un bassin. « Un abri pour les annexes, pratiques pour rallier le centre-ville et y faire ses courses », remarque François Carpente.

Côté terre, le vaste terrassement doit pouvoir accueillir 30 lourdes unités. « Le terrain est instable. Nous allons donc couler tous les 3 mètres des inclusions rigides pour atteindre à 12 mètres le plateau schisteux. Les pluviaux, équipés de séparateurs d’huiles, ont par ailleurs été redimensionnés. Et l’ensemble de l’espace disposera de réseaux : eau de mer (refroidissement des bateaux), eau douce, air comprimé, fibre optique et tout-à-l’égoût », résume-t-il.

Le terre-plein devrait prochainement être recouvert sur 80 cm de béton compactés au rouleau et sur 10 cm d’un enrobé à la résine.

gwendal.audran@la-seyne.fr

Des emplois et des retombées économiques

L’enjeu est de taille : en plus des 140 emplois directs et indirects, ce sont une trentaine d’équipage, soit 150 personnes, qui hiverneront à La Seyne lors de la réfection de leurs yachts ou catamarans. Un complément précieux pour les acteurs de la saison estivale, qu’ils soient restaurateurs, hôteliers, taxis, coiffeurs ou plus généralement de l’industrie du divertissement : « A majorité anglo-saxons, les équipages doivent pouvoir profiter de la région. Ici, les atouts ne manquent pas, du circuit du Castellet au casino Joa en passant par le futur multiplexe à l’Atelier mécanique », remarque François Carpente.

L’Institut de Promotion des Métiers de la Mer (IPFM) a là-aussi une carte à jouer : peintres, électriciens, échafaudeurs, selliers, mécaniciens, charpentiers sont autant de professionnels recherchés.