Lo tapís que dona enveja de legir

Le Relais Assistantes Maternelles est le lieu d’échanges de pratiques des assistantes maternelles. Près de 80 y ont collaboré à un projet de tapis de sol “d’envies de lire”. Il a été présenté au récent Salon de la Petite Enfance.

Per sòu, la responsabla se radassa sus lo tapís cordurat faiçon patchwork. Se tèn au centre de tres ceucles, aranje, verd e blau, que l’i son cordurats abelhas, orsons e gats, onte son laissats de libres per enfantonets. Au mitan dau Salon de la Pichona Enfància, se remarcava a lEstadi Léry, per mieg març, aquela carpeta de totei lei colors. « Es lo projècte deis assistentas mairalas, son setanta quatre que li an portat pèira. Nosautras, au Relai Assistentas Mairalas de La Seina, avèm prepausat l’idèa. Aurián poscut faire autra causa, mai aqueu l’an vougut, e l’an fach »

Lo tapís es laisina dau Relai, onte vènon leis Assistentas, ambé leis enfants que gardan, de un a tres. Volián d’instruments per donat l’enveja de legir. « Aquí pòdon depausar un o mai de libres. Leis enfants puei lei duèrban, se ne’n fan racontar l’istòria… deman, quand seràn au temps d’aprendre a legir, ja l’enveja dau libre serà en elei ». Aquò n’es la tòca. Ansin nos vèn, Hélène Goarand, la responsabla dau Relai que durbèt fa dos ans. E, quatecant, li aguèt de succès. Leis assistentas l’i vènon cercar d’escambis, de poder parlar de praticas amd’autres, d’idèas….

D’idèas, es ben çò que son vengudas cercar Delphine e Céline, educatritz denfantons a La Cieutat, elei. « Çò que mespanta, es que la bòna idèa aquí, l’an facha viure ambé un pareu d’agulhas e de gaubi ». « Aquela mena de tapís se vende tanben dins dostaus especializats, mai còsta mai de mila €uros » comenta Hélène Goarand. « Nosautres l’avèm fabricat en quauquei mes. » L’important èra d’o faire de cotria, de se l’apropriar.

Leis assistentas lan creat per còlas, una desena, per tròç de tapís, en tres jaças : una espessor solida per lo sòu, una matalassada, e una enfin que se neteja aisat. S’i pòdon estendre o assetar lei pichons ambe leis assistentas. Un endraia-lectura. Lei mèstres de l’escòla mairala, dins un o dos ans, saupràn perqué t’auràn tant lenveja de legir

Michel Neumuller

Ecrit en graphie classique. Avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet.

Les mots pour le dire

Per sòu = par terre

Radassar = se prélasser

Gaubi = savoir-faire

Quatecant = immédiatement

Espantar = stupéfier

De cotria = de concert

Un tapis qui donne envie de lire

Par terre, la responsable se prélasse sur le tapis cousu façon patchwork. Elle se tient au centre de trois cercles, orange, vert et bleu où sont cousus des abeilles, des oursons et des chats, et des livres pour jeunes enfants.

Au milieu du Forum Petite enfance, on la remarquait, au Complexe sportif Léry mi-mars, cette carpette multicolore.

« C’est le projet des assistantes maternelles. Soixante-quatre y ont participé. Nous, au Relais Assistantes Maternelles (RAM) de La Seyne, nous avons proposé l’idée. Elles auraient pu faire autre chose, mais elles ont voulu celui-là, et elles l’ont fait ».

Le tapis est l’outil du Relais où viennent les assistantes avec les enfants dont elles ont la garde, de un à trois. Elles voulaient des outils pour donner envie de lire. « Là, elles peuvent déposer un ou plusieurs livres. Les enfants les ouvrent, se font raconter l’histoire…. demain, quand ils seront au moment d’apprendre à lire, déjà l’envie du livre sera en eux. » Voici le but.

C’est ce que nous dit Hélène Goiran, la responsable du Relais qui a ouvert il y a deux ans. Et, de suite, ce fut le succès. Les assistantes viennent y chercher des échanges, de pouvoir parler de choses pratiques avec les autres, des idées…

Des idées, c’est bien ce que sont venues chercher Delphine et Céline, éducatrices d’enfants à La Ciotat, elles. « Ce qui m’étonne, c’est que cette bonne idée, elles l’ont faite vivre avec un peu d’aiguille et de savoir-faire ». « Ce genre de tapis se vend aussi dans des maisons spécialisées, mais il coûte plus de mille euros », commente Hélène Goiran. « Nous l’avons fabriqué en quelques mois. » L’important était de le faire en équipe, de se l’approprier.

Les assistantes l’ont créé par équipes, une dizaine, pour chaque élément du tapis, et en trois couches : une solide pour le sol, une matelassée, et enfin une qui se nettoie facilement. Les assistantes et les enfants peuvent s’y étendre ou s’y assoir ensemble.