Lei votz occitanas se fan ausir a Obernai

Les Cigaloun Seinen et le Ceucle Occitan de La Sanha ont fait le voyage seynois pour Obernai. Le célébrissime marché de Noël alsacien a entendu chanter provençal, et les Provençaux ne demandent pas mieux que de renouveler cet échange culturel.

Sembla quauqua-ren aqueu mercat de Novè, a l’Alsaciana Obernai ! Un mes e mieg d’animacions de carriera, de cants, e mai que tot, de tot çò que se pòt crompar d’artesanat, d’obratge ben fach, d’Alsaça o d’autre part.

E au mitan raiava un cant qu’èra ni de francés, nimai d’alsacian…  « L’i siam anats per lo començament, lei 24 e 25 de novembre » nos vèn Esteve, « qu’eriam convidats par la Comuna. Una mena d’escambi, bòrd que la ciutat d’Obernai es ben representada au nòstre, cada an, per la manifestacion « L’Alsace sur mer » a La Sanha. »

Esteve Berrus n’èra dau viatge per l’Alsaça, dotze oras de temps ambe lo carri mai ben contents de poder representar la cultura de Provença. Lo Ceucle Occitan de La Sanha e Lei Cigaloun Seinen, de cotria, acompanhèron lo premier cònsol Marc Vuillemot, e dos elegits, Claudi Dini que veniá tot bèu just de s’encargar de la delegacion Lenga e Cultura Occitana, e son collèga delegat a la Vida associativa, Loís Correa.

Totei foguèron impressionats per lo discors d’aculhença dau cònsol, un còp arribats ailà. Es que Marc Vuillemot o faguèt en occitan, traduch en francés ais òstes alsacians per Miquèu Tournan, dau Ceucle Occitan de La Sanha. « Era l’inauguracion, e nos an prepausats de vin caud mai que d’un còp, maugrat faguèsse pas tant freg ! » se congosta l’Esteve.

Après lei discors, vaquí que fau donar de la votz d’un autre biais : plaça ai cants provençaus ! Cadun a son biais, justament. Lei Cigaloun Seinen interpretèron la Copa Santa, e tanben Prouvençau e Catouli ; « Pecat que nos an pas laissat pron de temps per cantar mai. Esperem que lo còp venent, ne’n aurem l’astre » sotalinha Sèrgi Bonfanti, dei Cigaloun. Lo còr dau Ceucle Occitan, de son costat, cantèt un florilègi dau repertòri tradicionau occitan, e endraïèt ambe lo « Sèm montanhòls » dins la glèisa de Sant Pèire & Sant Pau, que sonava bèn.

Pasmens, çò qu’aurà encantat lo monde alsacian coma lei visitaires que se comptavan per desenaus de miliers, foguèt la mòstra dau Ceucle, aquela sus lei joguets e lei jòcs tradicionaus d’enfants qu’èra estada prepausada a La Seina fa dos ans. « L’an pausada a la Comuna, que i passa fòrça monde, e i demorèt lei dos mes dau mercat. De miliers de gents l’auràn vista. » 

E, aqueu testimòni, tornat au sieu, se coneguèt, un còp, a l’Ostau dau Patrimòni… « Venguèron un parèu d’Alsacians. Venián agachar la mòstra sus lo lengatge occitan qu’a passat dins lo francés…E nos an dich qu’aquela sus lei joguets, l’avián agut vista au sieu …Èran d’Obernai. »

Tant lei Cigaloun coma aquelei dau Ceucle an trobats estrambordant l’expeciència. « Siam lests d’in tornar l’an que vèn, segur ! » que dis Sèrgi Bonfanti. Tot parier dau costat dau Ceucle Occitan. Ne’n parlaran en febrier, per l’evaluacien de l’operacion amé la Comuna.

L’Ofici dau torisme deuriá o saupre, atraire lo monde a La Sanha, benlèu que passa premier per valorisar son patrimòni culturau occitan !

Michel Neumuller

Avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur honoraire d’occitan-provençal.

Les mots pour le dire

de cotria = de concert, ensemble

se congostar = se régaler

l’astre = la chance

mòstra = exposition

au sieu = chez soi

Les voix occitanes se font entendre à Obernai

Il a quelque chose ce marché de Noël, dans la ville alsacienne d’Obernai ! Un mois et demi d’animations de rue, de chants, et surtout de tout ce qui peut s’acheter en matière d’artisanat, de productions bien faites, d’Alsace ou d’ailleurs.

Et au milieu sortait un chant qui n’était ni français ni alsacien… « Nous y étions dès le début, les 24 et 25 novembre » nous dit Esteve, « car invités par la commune. Une sorte d’échange, parce que la ville d’Obernai est bien représentée chez nous, chaque année, pour la manifestation « L’Alsace sur mer » à La Seyne ».

Esteve Berrus était du voyage pour l’Alsace, douze heures en car, mais bien content de pouvoir représenter la culture de Provence. Le Cercle Occitan de La Seyne et Les Cigalons Seynois accompagnèrent ensemble le maire Marc Vuillemot, et deux élus, Claude Dini, qui venait juste d’être chargé de la délégation Langue et Culture Occitane, et son collègue délégué à la Vie associative, Louis Corréa.

Ils furent tous impressionnés par le discours d’accueil du maire, à leur arrivée là-bas. C’est que Marc Vuillemot le fit en occitan, traduit en français aux hôtes alsaciens par Michel Tournan, du Cercle Occitan de La Seyne. « C’était l’inauguration, et ils nous ont proposé du vin chaud plusieurs fois bien qu’il ne fasse pas si froid ! » se réjouit Estève.

Après les discours, voilà qu’il faut donner de la voix d’une autre façon : place aux chants provençaux ! Chacun à sa manière justement. Les Cigalons interprétèrent la Coupe Sainte, et aussi Provençaux et Catholiques; le choeur du Cercle Occitan, de son côté, chanta un florilège du répertoire traditionnel occitan, et enchaîna avec le « Nous sommes montagnards » dans l’église de Saint Pierre et Paul qui sonnait bien.

Ce qui aura, finalement, enchanté le public alsacien comme les visiteurs qui se comptaient par dizaine de milliers, ce fut l’exposition du Cercle, celle sur les jouets et les jeux traditionnels d’enfants qui avait été présentée il y a deux ans à La Seyne. « Ils l’ont placée à la Mairie où il passe beaucoup de monde, et elle y est restée pendant les deux mois du Marché. Des milliers de personnes l’auront vue. »

Et, de ce témoignage, une fois rentrés, ils en eurent la preuve. Un jour à la Maison du Patrimoine vinrent un couple d’Alsaciens. Ils venaient voir l’expo sur les mots occitans passés au français… « Et c’est là qu’ils ont dit qu’ils avaient vu celle sur les jouets chez eux… Ils étaient d’Obernai. »

L’Office du tourisme devrait le savoir : attirer du monde à La Seyne passe peut-être d’abord par valoriser son patrimoine culturel occitan !