L’ambiance Bourradet, tout un esprit !

La cinquième saison des Vendredis de Bourradet est ouverte. Chaque fin de semaine jusqu’au 29 septembre : un concert gratuit en cœur de ville à partir de 19h. C’est désormais un rite, panier pique-nique et bonne humeur sont de rigueur.

Du son franco-tzigano-irlandais en guise de coup d’envoi : Zoulouzbek Band a donné le ton dès le 7 juillet. Les vendredis soir d’été, c’est place Bourradet que ça se passe ! « Les gens viennent de tous les quartiers de la ville mais aussi de l’autre côté de la rade », relate Boualem Amedjout, en charge de la programmation. De fait, à lire les réactions sur les réseaux sociaux, le moins que l’on puisse dire c’est que le rendez-vous est plébiscité. C’est par conséquent portée par une jolie réputation, que la cinquième saison des Vendredis de Bourradet s’est ouverte. La manifestation avait été lancée en 2013 « dans l’idée de se réapproprier l’espace public, créer un endroit de convivialité, mettre les gens ensemble autour d’une proposition artistique de qualité », se souvient Boualem Amedjout.

Du vivre ensemble

« Dès la fin de la première saison, on a senti que quelque chose se créait sur cette place », ajoute-t-il. « L’esprit Bourradet, ce n’est pas que le spectacle mais aussi l’ambiance qui règne sur la place. On met des tables, on met des chaises, les gens viennent, arrivent avec la daubière, la posent sur la table, d’autres apportent le rosé… » Pique-nique partagé et bonne musique, le mix a pris. D’autant que « quand on crée un rythme, on crée un rite », analyse le directeur artistique qui pose ici la culture comme un vecteur « du vivre-ensemble ». Évidemment, c’est l’affiche qui fait le reste avec une douzaine de concerts en tout, « des concerts qui s’écoutent et qui se dansent », programmés jusqu’au Bal décalé, le 29 septembre. Une sélection soignée « d’artistes du territoire ou d’ailleurs, dont les noms ne sont pas forcément connus, avec quelques perles », explique Boualem Amedjout. A retenir dès maintenant, selon lui : la soirée du 25 août intitulée “Transes napolitaines” avec Lalala Napoli. Lalala Napoli, c’est le groupe fondé par François Castiello, ancien chanteur et accordéoniste de Bratsch. Autrement dit la promesse d’une parenthèse assurément festive. Avant lui sur les tréteaux de la place Bourradet : le duo Un Traguito Más (le 18 août) qui s’offre un invité, « Malik Ziad qui joue du oud de façon exceptionnelle », souligne celui qui a ciselé le programme.

Djéli Moussa Condé, Bekar et les Imposteurs, Ibrahim Keita et Nankama… des airs orientaux, de l’afro pop guinéenne, du fado, de la musique espagnole, yiddish, des polyphonies marseillaises… Bienvenue au cœur de La Seyne, où se niche « le lieu de la découverte, du voyage ».

laurence.artaud@la-seyne.fr