La médiathèque : «Un lieu de démocratie culturelle»

Invité par le maire de La Seyne, président de Ville et Banlieue, Marc Vuillemot, l’inspecteur général du ministère de la culture, Noël Corbin, était à la médiathèque Andrée-Chedid le 30 novembre dernier. L’occasion pour les acteurs associatifs des quartiers prioritaires de témoigner de la place et de l’utilité des bibliothèques.

« Qu’est-ce que vous pouvez attendre de l’État ? » En acceptant l’invitation de Marc Vuillemot, président de Ville et Banlieue de France, Noël Corbin, inspecteur général du ministère de la culture, a pu questionner, autour d’une table, une dizaine de représentants d’associations seynoises. Noël Corbin est actuellement mandaté par Emmanuel Macron, au côté de l’écrivain académicien Erik Orsenna, afin d’« aller à la rencontre de l’ensemble des acteurs qui constituent l’écosystème de la lecture publique ». La mission fait l’objet d’un rapport devant être remis d’ici la fin de l’année.

Un contexte qui aura donné lieu à un temps d’échange dans un cadre on ne peut mieux approprié : la médiathèque Andrée-Chedid. « Un très beau lieu », « un lieu ouvert »… « Un lieu de démocratie culturelle », a apprécié le représentant du ministère de la Culture. L’illustration de la façon dont le livre doit aller « à la rencontre des habitants », aussi bien de son avis, que de celui des responsables d’associations. Ou des élus et directeurs de services municipaux de Grigny (Essonne), Coulaines (Sarthe), Vaulx-en-Velin (Rhône) ou Pantin (Seine-Saint-Denis). Ces porte-paroles de communes abritant des quartiers prioritaires adhérentes de Ville et Banlieue avaient en effet également été conviés par Marc Vuillemot dans l’idée de « prendre la température, regarder ce qui a été expérimenté, pérennisé… » Ils ont donc pu présenter les projets et actions conduits dans leurs villes respectives, mais aussi faire part des freins auxquels ils se heurtent et de leurs propositions. « On veut accompagner, fédérer, être le lien entre ce qui existe partout et qui fonctionne » a pour sa part assuré Noël Corbin, en évoquant « des volontés politiques claires » : « Le Président [de la République] s’est engagé à ce qu’il y ait des moyens pour étendre l’ouverture des bibliothèques. »

« la culture n’est pas innée »

Les propos des représentants d’associations seynoises ont ensuite fait écho à une remarque du directeur général des services adjoint de Grigny, Sébastien Nolesini, considérant qu’« il y a des savoirs dans les quartiers qui feraient bien d’irriguer les élites au pouvoir ».

Naziha Ben Ammar-Safti, présidente de Citez des Talents a ainsi raconté le beau projet « La passerelle des mots » (lire ici, voir ici), et les dames qui en sont auteures (et bientôt comédiennes) : « Elles ont beaucoup de savoir-faire, une vie très riche même si elles ne parlent pas bien le Français. » Ces dernières ont surtout dépassé leurs préjugés en s’attelant à ce qu’elles pensaient « ne pas être pour [elles] »… comme écrire un livre et le jouer au théâtre. Jamila Ari, de l’association Femme dans la cité, fera simplement remarquer, au terme de son intervention, que « la culture n’est pas innée ».

Autant de témoignages (vidéo à visionner ci-après) qui mettent en perspective le rôle central d’une structure telle la médiathèque Andrée-Chedid, « un outil de culture, un outil de la République », pour le maire de La Seyne. Par exemple, en accueillant les groupes de paroles de l’Avef (Association Vivre en famille) qui permettent d’« échanger même si on ne sort pas du quartier ».

« Je suis épaté de voir ici comment on développe ces lieux de bibliothèques », a lancé Noël Corbin au sujet de cet endroit situé au cœur du quartier prioritaire de Berthe, réalisé dans le cadre de son programme de rénovation urbaine, et qui, à l’instar des différentes bibliothèques la commune, est devenu un vecteur d’« accès à des pratiques culturelles », comme l’inspecteur le préconise.

Tout ne va pas pour autant au mieux dans le meilleur des monde. Et Estelle Gaudry n’a pas manqué d’évoquer la traduction brutale de la suppression des emplois aidés pour l’association dont elle est la directrice, la Maefe (Maison associative Enfance Famille École). Là, c’est le club de lecture pour enfants qui a disparu.

Or sur la question des moyens, Noël Corbin l’accorde : « On ne peut pas demander aux élus locaux de faire plus avec moins. » Ce qui implique « probablement, selon lui, des crédits nouveaux en 2018 ».

La conclusion n’aura certainement pas échappé au maire de La Seyne qui ne ne veut « laisser aucun concitoyen au bord du chemin ».

laurenceartaud@la-seyne.fr

Le film témoignant du rôle des bibliothèques et de leur lien avec les associations (Lise Kubli)

Le reportage de Var Azur TV