La Journée de la fille, c’est aussi pour les garçons

La 8ème édition de la Journée de la fille aura lieu ce mercredi 26 juillet aux à l’Espace Accueil Jeunes des Sablettes et sur le parc Braudel.

« A la base, l’idée était de mobiliser les jeunes filles, tout simplement parce qu’on s’était aperçu qu’on avait du mal à féminiser le public dans nos structures », explique Makki Boutekka, l’adjoint délégué à la jeunesse. Ce dernier tient à rappeler que l’opération avait été mise en place dès le premier mandat de Marc Vuillemot, et donc sous l’égide d’Isabelle Renier à laquelle Makki Bouttekka succède. La “Journée de la fille” s’inscrivait alors « dans une dynamique globale de relance du service Jeunesse », ajoute son responsable, Morad Yacoub. Et selon lui, au fil des éditions, « ce rendez-vous est vraiment devenu un moment fort de l’été ». « De 600 jeunes touchés au départ, nous sommes passés à près de 1800 participants l’an dernier », précise Makki Bouttekka. Si la fréquentation frise désormais l’égalité parfaite avec « 50 % de filles, 50 % de garçons », l’initiative s’est effectivement traduite par une augmentation de l’adhésion féminine dans les Espaces Accueil Jeunes (EAJ), indique Morad Yacoub. La 8ème édition, qui aura lieu le mercredi 26 juillet, se présente donc sous les meilleurs auspices, avec une offre d’animations des plus variées et ciblant les différentes tranches d’âge, notamment grâce à la collaboration entre les services municipaux et l’Ufolep. La journée de la fille s’adosse en effet au Playa Tour proposé chaque été par la première fédération dédiée à l’éducation populaire par le biais du sport. Dès le matin à l’EAJ des Sablettes, sur le parc Braudel ou sur la plage, toutes sortes d’activités physiques, nautiques, sportives seront programmées. De même qu’avec la participation des associations, seront ouverts des ateliers créatifs, bien-être, Prévention santé… Et pour la deuxième année, l’événement qui se veut résolument « festif », se prolongera en soirée sur scène « pour que les jeunes talents locaux puissent s’exprimer ».

laurence.artaud@la-seyne.fr