La coupe du Département tombe bien mal

Le conseil départemental du Var a signifié qu’il se désengageait du financement des chantiers de débroussaillement réalisés par les détenus en fin de peine. Ces derniers sont encadrés par l’Association des chantiers extérieurs (ACDE83).

Au moment où notre région est ravagée par les incendies, la décision apparaît difficilement compréhensible. A plus forte raison quand les autorités, dont le président du Conseil départemental Marc Giraud, insistent sur le rôle primordial du débroussaillement dans la lutte contre les feux de forêt. Ce 28 juillet, en conseil municipal, l’adjoint délégué à la prévention des risques Jean-Luc Bigeard s’est par conséquent déclaré « chagriné, courroucé, contrarié » lorsqu’il a fait part d’une contenu du missive (datée du 13 juillet 2017) que lui ont adressé les services du Département.

Le courrier lui annonce en effet que « le contexte budgétaire fortement contraint de la collectivité ne [lui] permettait plus de financer les actions menées par l’Association des chantiers extérieurs 83 qui ne s’inscrivent pas dans [ses] compétences obligatoires ».

Or ces actions s’avèrent justement être des chantiers de débroussaillement et de sécurisation des espaces boisés, des chantiers réalisés par des détenus en fin de peine. L’élu seynois a toutefois précisé que la Région maintenait pour sa part ses subventions en direction de ce dispositif d’intérêt général à plus d’un titre. La Ville participe quant à elle à hauteur de 3000 euros par session de débroussaillement, pour un travail particulièrement « bien fait », souligne Jean-Luc Bigeard.

L ‘an dernier, l’administration pénitentiaire et les collectivités partenaires célébraient leur dix ans de collaboration au domaine de Fabrégas (photo). Ici, l’action de ACDE83 est unanimement saluée, nul n’envisage donc que celle-ci ne puisse se poursuive.

laurence.artaud@la-seyne.fr