Fouillons ensemble notre patrimoine !

le grand hôtel de tamaris est Devenu un immeuble privé après avoir été le centre des impôts de la ville. à l’occasion des travaux entrepris autour de l’édifice et des Journées européennes du Patrimoine, l’archéologue Béatrice Tisserand a ouvert ses fouilles aux curieux et aux bénévoles.

Après les Journées européennes du Patrimoine du week-end dernier, l’archéologue Béatrice Tisserand se réjouit de l’enthousiasme des « fouilleurs d’un week-end », venus l’aider dans ses recherches, sous l’escalier de l’ancien grand hôtel de Tamaris. « Bravo aux courageux bénévoles qui, dans le cadre des journées du patrimoine, ont débroussaillé pour remettre à jour le magnifique escalier du Grand Hôtel à Tamaris ! »

Les Seynois, acteurs du patrimoine

La citoyenneté c’est aussi la solidarité, c’est apporter sa pierre à l’édifice, échanger, faire connaître, transmettre, sensibiliser… À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine les 17 et 18 septembre, vous avez été nombreux à participer à des initiatives locales pour partager la connaissance du patrimoine local, enrichir les fonds d’archives et écouter les mémoires d’anciens Seynois.

L’histoire de l’escalier du Grand hôtel de TamarisAu siècle dernier, un escalier en fer à cheval, orné d’une fontaine et de sculptures monumentales en rocailles, ornait l’entrée du Grand Hôtel. Avant les travaux d’aménagement en parking-relais (pour l’embarcadère de la navette Mistral de Toulon-Provence-Méditerranée), nombreux ont été ceux à apporter leur aide pour fouiller le terrain à la recherche des vestiges de ce magnifique ornement en compagnie de Béatrice Tisserand, archéologue, Direction culture-patrimoine et Nathalie Milan, chargée de la mise en valeur du patrimoine, Service habitat. L’occasion pour tous d’en savoir plus sur cet édifice, construit en 1881 par Marius Michel, élevé au rand de « pacha » par le sultan de l’empire ottoman. Retraité à Tamaris, après une carrière de Directeur général des phares et balises de l’Empire et, désireux d’attirer et de distraire les touristes, Michel Pacha décide de construire le  Grand casino, près du port de Tamaris. En 1881, il fait bâtir le Grand Hôtel, et en contrebas, le casino, mais qui ne verra le jour que 20 ans après. Car entre-temps, à partir de 1883, le bâtisseur poursuit ses acquisitions de terrains en direction du Croûton et des Sablettes, et la nouvelle station Les Sablettes-les-Bains se développe avant le casino de Tamaris. C’est donc aux Sablettes que le premier casino est construit et va fonctionner, à partir de 1887. Avec, l’ouverture du Grand Hôtel, l’année suivante, le succès de la station est total. Le casino de Tamaris, lui, devra attendre 1902, pour voir le jour.

Pendant tout le début du XXe siècle, la station balnéaire de Tamaris-sur-Mer est la destination préférée des nobles et des bourgeois enrichis par la révolution industrielle. Elle se développe grâce à la réalisation de la célèbre ligne de chemin de fer PLM (Paris-Lyon-Marseille) qui s’arrêtait à la gare de Tamaris-sur-Mer (l’actuelle gare de La Seyne-sur-Mer). 

sylvette.pierron@la-seyne.fr

Le Grand Hôtel de Tamaris jadis

Les fouilles pendant les journées du Patrimoine