Etablissements Victor Content : opération sauvetage

Le 10 octobre dernier, une opération conjointe des services de la Ville, de l’architecte Serge Hérisson et du maître d’ouvrage Searim-Zola a sauvé de la destruction deux meules et une cuve des établissements Victor Content.

Quatre à cinq tonnes, 6,4 m de diamètre, 84 cm de hauteur. Les mensurations de la cuve impressionnent. « A l’annonce de la démolition des établissements Victor Content en 2016, l’association OSCA (Office seynois de la culture et de l’archéologie), présidée par Marc Quiviger, nous a demandé d’intervenir », rappelle Béatrice Tisserand, archéologue, chargée de collection à la Maison du patrimoine. Utilisée pour élaborer les mastics  nécessaires notamment à la fabrication de l’Eviconil (peinture imperméable brillante), la cuve préexistait à la construction du hangar, dans les années 1880 : « Il s’agit d’une cuve monolithe, analogue à celles des 4 Moulins ou des Moulières, qui remonte donc aux moulins à huile du XVIIe siècle ». Une ouverture, depuis rebouchée, a d’ailleurs été repérée par l’archéologue. « La cuve a été rehaussée avec des briques. Mais sa vocation initiale  était de produire de l’huile d’olive, la pierre étant résistante aux passages des meules comme aux contaminations… ». En juin dernier, le début des travaux a précipité le déplacement de cet élément patrimonial : « Florence Cyrulnik, conseillère municipale déléguée au patrimoine, a mobilisé les moyens de la Ville, associant la Maison de l’habitat, les services techniques et maritimes et la Maison du patrimoine », poursuit-elle. Mardi 10 octobre, avec l’appui de l’architecte Serge Hérisson et du Maître d’ouvrage (SEARIM-ZOLA), à l’aide d’un tractopelle et d’un camion à bras de l’entreprise FOSELEV, l’évacuation  eu lieu : « Une opération délicate, étant donné le poids et le manque de prise de l’ensemble », signale Béatrice Tisserand. Envisagé un temps au domaine de Fabrégas, l’entreposage de la cuve avec ses deux meules et son racloir s’est fait à Camp Laurent sur un terrain de l’Escota : « A terme, il a été décidé, avec l’adjoint Claude Astore, d’installer les éléments sur le futur rond-point Fritz, à Brégaillon. Ce dernier desservira directement la partie sud de la zone industrialo-portuaire ». Une manière aussi de témoigner du passé pré-industriel de la ville.

Victor Content, une institution

Fondés en 1883 par Victor Content, les Etablissements éponymes sont contemporains de la construction de la route de La Seyne à Toulon, qui épousait à l’époque le trait de côte. Les foyers seynois s’y approvisionnaient en peinture imperméable pour leurs cuisines et sanitaires. Revendus par le petit-fils Claude, les hangars des Etablissements Victor Content laisseront bientôt place à un immeuble d’habitations.