Emplois aidés : 120 postes menacés

Suite à la décision du gouvernement de réduire les emplois aidés, le maire, Marc Vuillemot, a tenu à réagir aux conséquences concrètes que cela implique dans notre ville. Plus de 120 Seynois risquent en effet de perdre leur emploi.

« Révoltant : après les crédits supprimés aux associations, c’est au tour des aides à l’emploi…

J’ai attendu pour m’exprimer d’en savoir plus sur la traduction locale des annonces inquiétantes de disparition des « contrats d’accompagnement dans l’emploi » (CAE). Ce sont ces dispositifs qui permettent aux services publics et aux associations de conforter leurs missions avec un apport en moyens humains cofinancés par l’État. Et ce sont aussi de « vrais contrats de travail » qui permettent de former des personnes en rupture, notamment des jeunes. Ce qu’on appelle des « emplois aidés ».

C’est maintenant chose faite. Et les nouvelles sont navrantes. Il existe aujourd’hui à La Seyne 131 conventions intervenues entre l’État et des employeurs publics et associatifs dont les trois-quarts ne seront pas reconduites, les seules susceptibles de l’être — espérons-le — correspondant à la trentaine de postes d’assistants de vie scolaire (AVS) qui accompagnent les enfants et adolescents handicapés dans leur scolarité.

L’ÉTAT JETTE SANS VERGOGNE À LA RUE PLUS DE 120 SEYNOIS

Une centaine de Seynois, au moins, vont donc perdre leur emploi par décision d’un gouvernement qui, décidément, est bien loin des réalités dramatiques du terrain, auxquels il faut ajouter les 21 employés par le secteur marchand sous le régime des « contrats initiative emploi » (CIE) dont les conventions ne seront pas non plus renouvelées.

C’est honteux. Des personnes éloignées de l’emploi trouvaient là un moyen de « mettre le pied à l’étrier » vers une insertion professionnelle. Pendant que M. Macron s’insurge contre les « travailleurs détachés » et feint de s’attaquer au « dumping social » organisé à l’échelle européenne, à grand renfort de publicité médiatique, son gouvernement traite comme du vil bétail les citoyens les plus en difficulté.

DES PANS ENTIERS DE LA VIE SOCIALE SONT MIS EN DANGER

C’est indigne. Des pans entiers de l’activité locale vont être scandaleusement fragilisés, sinon réduits à néant. Ce sont des emplois indispensables pour l’accompagnement des efforts des enseignants, pour les accueils des tout-petits dans les crèches, pour l’éveil aux activités sportives, pour l’animation socio-éducative préventive des déviances des jeunes en rupture, pour les services à la personne, pour l’aide aux handicapés, ou encore pour le soutien aux femmes en difficulté.

Et, cerise sur l’écœurant gâteau de cette ignominie, la très dynamique et efficace agence seynoise de Pôle Emploi elle-même va perdre quatre postes… au moment même où elle va devoir s’occuper de plus d’une centaine de personnes victimes de cette inique décision gouvernementale !

UN NOUVEAU SALE COUP FAIT AU PEUPLE DE FRANCE

C’est inqualifiable. La République, non contente de mépriser à un tel point ses enfants les plus nécessiteux et de scier la branche sur laquelle le monde associatif peine déjà à poursuivre son indispensable mission de maintien des équilibres sociaux, ne tient même pas sa promesse exprimée : malgré les engagements, les CAE agissant en direction des publics des quartiers populaires prioritaires ne sont aucunement épargnés.

Après l’annulation révoltante de 46,5 millions d’euros de crédits destinés aux actions d’accompagnement social des habitants les plus en difficulté, que j’ai dénoncée en début de mois avec de nombreux maires très inquiets, le gouvernement assène un nouveau coup de poignard à la vie sociale locale qui pourrait bien ne pas s’en remettre. »