Corentin Braendlin : au top du rugby

En plus de Gaël Fickou, La Seyne a désormais un deuxième représentant en “Top 14” avec Corentin Braendlin, titulaire en deuxième ligne à Agen.

L’Union Sportive Seynoise est décidément un club à vocation formative. Un coup d’oeil aux divers résultats des équipes de jeunes en atteste. Que ce soit les deux équipes juniors, ou les Espoirs, celles-ci caracolent en tête de leur championnat respectif. Mais la plus grande fierté des éducateurs est bien évidemment de promouvoir l’un de ces jeunes au plus haut niveau. C’est le cas avec Gaël Fickou qui est désormais la “tête de gondole” du sport seynois. Mais il y en a un deuxième, moins médiatique pour l’instant, mais pas moins méritant. Corentin Braendlin, 23 ans, s’est fait une place dans l’effectif d’Agen. Ce beau bébé d’1,98m pour 120 kilos, est même devenu titulaire depuis la mi-octobre enchaînant tous les matches de son équipe. Il était d’ailleurs présent lorsque Agen a réussi l’exploit de battre Toulon le 4 novembre au stade Armandie. « C’est bien évidemment un grand souvenir, raconte-t-il les étoiles plein les yeux. Tout le monde nous donnait perdants. Mais en rugby, quand tu y mets le coeur, tu peux parfois renverser des montagnes. C’est ce qu’il s’est passé ce jour-là. Tant  mieux pour nous car dans la course au maintien, c’est une victoire qui peut valoir cher ». Promu de PROD2, Agen joue effectivement le maintien. L’objectif de Corentin est d’y demeurer lui aussi en se montrant le plus possible afin de donner envie à d’autres clubs de s’intéresser à lui. « Je suis très bien à Agen. J’aime l’esprit “famille” qui y règne. J’ai envie d’aider ce club à se maintenir et jouer par la même occasion un maximum de matches. Je suis jeune et encore beaucoup à apprendre. J’échange souvent avec Gaël (Fickou) qui me conseille. Je le vois régulièrement car il n’y a qu’une heure de route entre Toulouse et Agen. On est de la même génération en jouant dans les mêmes équipes de jeunes à La Seyne ». Son club formateur dont il scrute toute l’actualité et qu’ il ne manque pas de venir soutenir dès qu’il en a l’opportunité. « Je suis un enfant du club et de la ville. Toute ma famille vit à La Seyne. Dès que mon emploi du temps me le permet, je viens voir un match. Je suis d’ailleurs très fier d’avoir appris le rugby ici ».

S.N.