Clément Lemire : futur grand ?

Âgé de 11 ans, Clément Lemire fait partie des quinze meilleurs tennismen français de sa catégorie d’âge. Le jeune seynois rêve de devenir un jour professionnel.

Et si La Seyne venait de trouver le successeur de Fabrice Santoro ? Il est évidemment trop tôt pour le dire, mais une chose est sûre : Clément Lemire a les prédispositions pour un jour atteindre le plus haut niveau. A seulement 11 ans, l’élève en sixième à l’institut Sainte-Marie est déjà classé 15/1. Ce qui pour les initiés est forcément parlant et pose le statut de ce pré-adolescent qui s’entraîne beaucoup durant la semaine. « Il n’y a qu’aux Maristes que la direction a bien voulu lui faire un emploi du temps adapté à son entraînement, explique son père Laurent, ancien footballeur au Football Club Seynois. Ainsi il peut s’entraîner les mardi et jeudi après-midi au Tennis Club du Littoral à Toulon et les mercredis et vendredis à Aix-en-Provence car il est pris en charge par la ligue PACA. Si on ajoute les matches le week-end, il est vrai que le tennis lui prend beaucoup de temps. Mais on a la chance qu’il soit également performant à l’école. Donc pour l’instant, il arrive à bien concilier les devoirs et le sport ». Déjà vainqueur de plusieurs tournois dont celui de Millau, Nîmes ou Saint-Rémy de Provence, Clément fait aujourd’hui partie des quinze meilleurs tennismen français de sa catégorie d’âge.
C’est pourquoi il va désormais commencer à voyager en Europe pour y affronter des joueurs étrangers, emmagasiner de l’expérience et établir un maximum de performances. Mais cela demande des contraintes financières. Ainsi, il a été créé l’association “Team Tennis Clément Lemire” « structure indépendante de formation et de suivi en compétition autour de Clément qui représente à ce jour la ligue Côte d’Azur dans les tournois nationaux, explique toujours son papa. Le projet reçoit le soutien de nombreux acteurs du tissu économique local pour boucler un budget d’environ 15 000 euros qui comprend les frais de compétition, les déplacements, les voyages en Europe, l’hébergement, les repas, etc. Ce soutien peut se faire sous la forme d’un don ». Le chemin est forcément semé d’embûches pour parvenir un jour sur le court Philippe Chatrier de Roland Garros. Mais on peut faire confiance au talent de Clément et à son mental sans faille pour, un jour, réaliser son rêve.

Sébastien Nicolas