Celia Jourda : « nòstra politica es de sostenir l’estrambòrd »

La Commune vient d’adhérer au Forum d’Oc, et l’adjointe déléguée à la Langue d’Oc va tout à la fois soutenir les associations, tenter une avancée pour l’apprentissage du provençal à l’école, et renforcer la signalétique en lenga nòstra.

Lo 24 d’octòbre avètz manifestat a Montpelhier per la lenga occitana. Vòstrei rasons ?

Li siáu annada ambé Marc Vuillemot, lo premier cònsol. Avèm tres rasons per lo mens : premier, a l’ora d’ara siam inquiets de l’endevenir de la lenga regionala ensenhada ai collègis. La reforma de l’ensenhament menaça de ruinar l’ofèrta d’ensenhament. Voliam puei dire publicament nòstre sosten a la signatura de la Carta Europenca dei Lengas Regionalas per la França. Enfin, èra per nosautres tras qu’important de sostar leis associacions localas que fan un obratge remirable a La Seina.

Coma se manifèsta la politica publica per la lenga au nòstre ?

Se l’a una causa ara ben coneissuda, es qu’aquelei que me sollicitan me tròban sensa relàmbi a son costat, d’un biais pratic. Per obtenir una sala, ajudar la tenguda d’un cors, trobar lei mejans d’una mòstra, o sostenir una manifestacion… ; es sachut que li aurà totjorn un sosten logistic de la comuna.

Fau dire que la bèla diversitat dau malhum associatiu me dona de vòlha per va faire. Lo Ceucle Occitan de La Seina prepausa aquela mòstra dedicada ai juguets tradicionaus a l’Ostau dau Patrimòni. Tot parier dei Cigaloun Seinen engatjats per lei Fèstas Calendalas dau Fòrt Napoleon. Que dire dau bèl estrambòrd de la tropa dau Pichoun Tiatre dóu Mai ?

Enfin, la Comuna es ara sòcia dau Forum d’Òc, que racampa per faire avans amb una politica publica per la lenga nòstra.

Fa tot ara dos ans que siatz delegada a la lenga occitana. Podètz parlar de vòstrei projècts ?

Premier, aquela delegacion es una volontat dau cònsol. Amb eu, vòli una politica d’afichatge de la lenga, e la volem faire druda e duradissa.

D’ara en davans una politica de sinhaletica es endraïada. Ara pertòca tot lo centre ciutat. Siam a alestir la segonda plega de placas de carrieras, au sud de La Seina, e dins leis establiments publics. Una comission li trabalha. Mai es de faire intrar d’un biais o d’un autre la lenga a l’escòla que m’occupa ara. Amb una joina en servici civic, pensam li arribar lèu per leis oras peri-escolàrias. Enfin, anam relançar l’Acadèmia per faire intrar l’ensenhament ai licèus (Beausset e Langevin).

Coma l’avètz dich, la Comuna aderís au Forum d’Òc. Perqué ?

Aqueu recampament d’associacions fa trabalhar ensems totei leis afogats de la lenga d’òc que vòlon li donar un avenir vertadier. Nos sembla important de trabalhar de cotria per un resultat. Li trobam tant lo Felibrige coma l’Institut d’Estudis Occitans e d’autras.

Es pas qu’una sinhatura simbolica qu’ambé Marc Vuillemot avèm donada, mai la promessa d’actes sus lo terren. Aquò s’endevèn ambé la sinhaletica en occitan que farem, segur per carrieras, mai tanben sus totei les establiments publics que pòdon dependre de la Comuna. E li a en particulier 31 escòlas, sensa parlar dei bastiments comunaus e autreis administracions.

E, s’es la Comuna qu’aderís, es la marca d’una volontat d’implicar totei lei servicis. Per faire intrar la lenga a l’escòla, segur que ma delegacion trabalha ambé lo Pòle Educacion Enfança, que baileja leis animacions de la meridiana ais escòlas de La Seina.

Michel Neumuller

Avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur certifié d’occitan-langue d’oc.

Les mots qui comptent

Alestir = préparer

Drud = vif

sostar = épauler, soutenir

Estrambòrd = enthousiasme

Mòstra = exposition

Sensa relàmbi = sans relâche

Celia Jourda : « notre politique c’est soutenir l’élan»

Le 24 octobre vous avez manifesté à Montpellier pour la langue occitane. Pourquoi ?

J’y suis allée avec Marc Vuillemot, le maire. Trois raisons principales: nous sommes inquiets à l’heure actuelle de l’avenir de l’enseignement de la langue régionale dans les collèges. La réforme menace de ruiner l’offre d’enseignement. Nous voulions ensuite exprimer publiquement notre soutien à la signature de la Charte Européenne des langues minorisées par la France. Enfin, il était pour nous très important de soutenir les associations locales qui font un ouvrage admirable à La Seyne.

Comment se manifeste la politique publique pour la langue chez nous ?

S’il y a une chose maintenant bien connue, c’est que ceux qui me sollicitent me trouvent sans faille à leurs côtés, de manière concrète. Pour obtenir une salle, aider la tenue d’un cours, trouver les moyens d’une exposition, ou soutenir une manifestation… on sait qu’il y aura toujours un soutien logistique de la Commune.

Il faut dire que la grande diversité du réseau associatif me donne de l’énergie pour le faire. Le Cercle Occitan de La Seyne propose cette exposition dédiée aux jouets traditionnels à la Maison du Patrimoine. Les Cigalons Seynois également sont engagés dans les Fêtes de fin d’année du Fort Napoléon. Que dire de l’enthousiasme de la troupe du Petit Théatre du Mai ?

Il y a bientôt deux ans que vous êtes déléguée à la langue occitane. Pouvez-vous parler de vos projets ?

D’abord, cette délégation est une volonté du maire. Je veux, comme lui, une politique d’affichage de la langue, et la rendre riche et durable.

Désormais une politique de signalétique est lancée. Pour le moment elle touche le centre-ville. Nous sommes en train de préparer des plaques de rue, au sud de La Seyne, et dans les établissements publics. Une commission y travaille. Mais c’est de faire entrer d’une façon ou d’une autre la langue à l’école qui me préoccupe maintenant. Avec une jeune fille en service civique, nous pensons y arriver vite dans le cadre des heures périscolaires. Enfin, nous allons relancer l’Académie pour introduire l’enseignement au lycée Beaussier.

Vous l’avez dit, la Commune adhère au Forum d’Oc, Pourquoi ?

Ce rassemblement d’associations fait travailler ensemble tous les passionnés de la langue d’oc qui veulent lui donner un véritable avenir. Il nous semble important de travailler ensemble pour un résultat. Nous n’avons pas donné qu’une signature symbolique, avec Marc Vuillemot, c’est la promesse d’actes sur le terrain. Cela va avec la signalétique en occitan que nous ferons, dans les rues bien entendu, mais aussi dans tous les établissement publics qui dépendent de la Commune. Et il y a 37 écoles en particulier sans parler des bâtiments communaux et autres administrations.

Et, si c’est ma Commune qui adhère, c’est le signe d’une volonté d’impliquer tous les services. Pour faire entrer la langue à l’école, ma délégation travaille bien sûr avec le Pôle Education Enfance qui pilote les animations de l’après-midi de La Seyne.