Caminar per leis èrbas fèras

Nos collines fournissent la salade, le vin et quelques plats…En prime, avec ce qu’elles offrent, vous pouvez rendre imputrescibles vos filets de pêche. Avec le Ceucle Occitan et la Maison du Patrimoine, la promenade devient gastronomique. En route !

« E aquí, se levatz la tèsta, vesètz un pin blanc, ò « d’Alep » coma dison. De sa resina te fan de pega. E mai, benlèu que va sabètz, lei pescadors ne’n fasián bolhir la rusca per i banhar lei fielats. E aquò te lei fasiá quasi impossibles a poirir…Èra avans que totei siegan de nilon ! » Menton levat, trenta Seinencs agachan lei agulhas vèrdas que frenisson au ventolet.

La minuta d’après lei caminaires que passan dins un clòt de la draia avison una bèla mata. « Vaquí de nèrta ! escrachatz un pauc la fuelha entre lei dets » E totei de se chalar de l’odor. « E Nèrta, aquò vos ditz ren ? Es una eroïna de Mistral, la filha de Calendal, promesa a la vida monacala, mai que ne’n vòu pas ! Sei bragas te fan un polit vin per l’aperitiu. »

E, caminan que caminaràn, lei Seinencs acompanhan sa guida en plantum tot alentorn dau cap Cisié.

La jornada, la segonda d’aquesta passa, recampa justament de monde. La devèm au Ceucle Occitan de La Seina, que convida lo monde, ambe cisèus e adesiu, a se faire un erbier. Tot aquò dins lo quadre deis animacions de la prima de l’Ostau dau Patrimòni, que fornís la guida en materiau de sonorisacion mobila.

L’idèa d’una caminada populara per tot aprendre deis èrbas e de son usatge èra brava, e mai que d’un se son laissats atrivar per l’enveja de se faire una bòna salada fèra. Es un pauc tardier, maugrat tot, per rebalhar lei barbabocs, morres de pòrc, sautavolamas, banas de cèrvis, pimpinèlas e autrei pòrris fèrs… Mai de lei reconéisser vos farà de belei braçadas l’ivèrn venent, entre febrier e abriu.

« Mai au mens, es que totei m’entendètz ? » s’inquieta Ives Jestin. « Segur ! » que li dison mai que d’un. « Vos faguetz pas de bila, que tradurrai per lei vesins ! » d’ajustar Caterina, una deis afogadas dau Ceucle Oc.

E, balin-balan, d’èrbas en aubres, s’es perseguida tota l’après-dinnada la caminada dau gost, mitat en provençau, mitat en francés, per lo plaser de totei.

Michel Neumuller

Avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur certifié d’occitan-langue d’òc

Les mots d’ici pour le dire

Rusca = écorce

Nèrta = myrte

Barbaboc = salsifi

morre de pòrc = chicorée

Sautavolama = chicorée (« détourne la faux »)

bana de cèrvi = corne de cerf

pimpinèla = pimprenelle

pòrri fèr = poireau sauvage

Balade pour les herbes sauvages

 » Et voilà, si vous levez la tête, vous voyez un pin blanc, ou d’Alep comme on l’appelle. Avec sa résine on fait de la poix. Et aussi, peut-être le savez-vous, les pêcheurs en faisaient bouillir l’écorce pour y tremper les filets. Ça les rendait presque imputrescibles… c’était avant le nylon ! «  Menton levé, trente Seynois regardent les aiguilles vertes qui frémissent dans le vent léger.

La minute d’après, les marcheurs qui passent dans un replat de la piste aperçoivent une belle touffe.  » Voilà de la myrthe ! Ecrasez un peu la feuille entre les doigts. » Et tous de se régaler de l’odeur.  » Et Nerte, ça ne vous dit rien ? C’est une héroïne de Mistral, la fille de Calendal, promise à la vie monacale, mais qui n’en veut pas ! Ses baies donnent un bon petit vin apéritif. « 

Et, à force de marcher, les Seynois accompagnent leur guide en plantes tout autour du Cap Sicié.

Cette journée, la seconde de la période, rassemble du monde. C’est au Cercle Occitan de La Seyne que nous la devons. Ils invitent avec ciseaux et adhésif à se faire un herbier. Tout cela dans le cadre des animations de printemps de la Maison du Patrimoine qui fournit le guide en matériel de sonorisation mobile.

L’idée d’une marche populaire pour tout apprendre des herbes et de leur usage était fameuse, et nombreux sont ceux qui se sont laissés attirer par l’envie de ramasser une bonne salade sauvage. C’est un peu tard, certes, pour récolter les salsifis, chicorées, cornes de cerf, pimprenelles et autres poireaux sauvages… mais de les reconnaître vous fera de belles brassées l’hiver prochain, entre février et avril.

 » Mais au moins, me comprenez-vous tous ? «  s’inquiète Yves Jestin.  » Bien sûr ! «  de répondre plus d’un.  » Pas de souci, je traduirai pour les voisins ! «  ajoute Catherine, une des fidèles du Cercle Oc.

Et, tranquillement, d’herbes en arbres, s’est poursuivie toute l’après-midi la ballade du goût, moitié en provençal, moitié en français, pour le plaisir de tous.