La bòna infò per l’energia

Un troisième Point Info Energie a lieu chaque premier mercredi du mois à la Maison Saint-Georges. En cas de rénovation de l’habitat, il est possible d’y trouver conseil, références de professionnels, et le moyen de payer moins d’impôts. De quoi vous réchauffer le cœur sans brûler votre bourse.

La bòna informacion vos farà esparnhar, e de mai, portaretz pas tant pèira a l’escaufament climatic. Vaquí lo benfach que podètz esperar d’un Ponch Infò Energia.

N’i aviá ja dos a La Seina, un au Nòrd e l’autre au Centre. Despuei lo mes d’abriu, ne’n vaquí un tresen, a l’Ostau Sant-Jòrgi, au sud. « Aquí lo monde abita puslèu de bastidons, e nos vendrà una populacion que voudrà saupre coma refaire de nòu son ostau ambé de materiaus bòns ò destriar entre lei societats que te plaçan de panèus fotovoltaics sus la teulissa » que nos vèn Celina Moquet.

Aquela dòna trabalha per l’Associacion dei Comunas Boscatièras, e baileja aquelei Ponchs d’Informacion per lo còmpte de l’Ademe, l’Agència de l’Energia. Sa tòca, segur, es d’abaissar la factura d’energia dei Seinencs que vènon an aquelei portissons recebre « una informacion a gratis e imparciala. »

Aquò dich, segon lo quartier, lei gents cèrcan pas totei lo meteis conseu. « Au centre de la ciutat, a l’Ostau de l’Abitat, l’i a ges d’ostau individuau. Alòr lo public es pusleu lo monde dei coproprietats, … vòlon cambiar son mòde de caufatge. E la causa es pas tant facila quand vos fou compter amb un molon d’estatjans » sotalinha dòna Moquet.

Segur que « per leis abitants dau Nòrd de La Seina, ailà que se tròba lo mai de bastidons, serà lo còst d’un caufabanh solàri que lei farà venir per se rensenhar ». Mai o mens a cada visitaire li fau miegjora de temps d’entrevista per trobar lei bòneis informacions.

« Totei lei proprietaris d’ostau se pensan de renovar sa vila, mai en totei li vèn pas a l’idèa que serà lo moment de pensar l’energia de deman. Siam aquí per leis ajudar a pensar a aquò».

Un astre qu’a La Seina, ambé mai que d’un pargue d’entrepresas, « tròban, leis abitants, quasi totei leis artesans dins la ciutat. Nosautres li donam lo contact e li disèm que feu que s’avisan de demandar tres devís ».

Mai se conselha pas qu’au ponch d’informacion energia. Vaquí que de passejadas termicas si faràn dins lei quartiers per l’automna. « S’agís de faire venir leis abitants per veire leis obradors d’isolacion de tal o tal ostau, e amb una camera termica. Podrem ansin comparar d’un ostau l’autre e s’avisar que la calor s’escapa plus un còp leis òbras fachas ! »

Trenta-cinc personas en generau vènon cada an a cada ponch d’informacion. A l’Ostau Comunau Sant-Jòrgi, lei permanéncias se faràn lo segond dimars dau mes de nòu oras a miegjorn. La premiera s’es dubèrta lo sièis d’abriu.

Michel Neumuller

Ecrit en provençal graphie classique avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur certifié d’occitan-langue d’oc.

Plus d’infos au 04 98 00 58 17

LS 67 Energia

Les mots qui comptent

Un astre = une chance

Destriar = distinguer, faire un choix

Passejada = promenade

Bastidon = pavillon

Refaire de nòu = réhabiliter, rénover

Tòca = but

La bonne info pour l’énergie

La bonne information vous fera économiser, et de plus, vous contribuerez moins au réchaufement climatique. Voilà le bienfait que vous pouvez attendre d’un Point Info Energie.

Il y en avait déjà deux à La Seyne, un au nord et l’autre au centre. Depuis le mois d’avril, en voici un troisième, à la Maison Saint Georges, au sud. « Là, les gens habitent plutôt des pavillons, et viendra une population qui voudra savoir comment rénover sa maison avec de bons matériaux ou choisir entre les societés qui placent les panneaux photovoltaïques sur le toit. » nous dit Céline Moquet.

Cette dame travaille pour l’Association des Communes forestières, et dirige ces Points d’Information pour le compte de l’Ademe, l’Agence de l’Energie. Son but, bien sûr, est d’abaisser la facture énergétique des Seynois qui viennent à ces guichets recevoir « une information gratuite et impartiale. »

Cela dit, selon le quartier, les gens ne cherchent pas tous le même conseil. « Au centre ville, à la Maison de l’Habitat, il n’y a pas de maisons individuelles. Alors, le public est plutôt celui des copropriétaires, … ils veulent changer leur mode de chauffage. Et la chose n’est pas si facile quand il faut compter avec un nombre important de copropriétaires. » souligne Céline Moquet.

Il est certain que « pour les habitants du Nord de La Seyne, là où se trouvent le plus de pavillons, ce sera le coût d’un chauffe-bain solaire qui les fera venir se renseigner ». Il faudra à chaque visiteur une demi-heure, plus ou moins, pour une entrevue qui lui permettra de trouver les bonnes informations. « Tous les propriétaires songent à rénover leur villa, mais ils ne vient pas à l’idée de tous que ce sera le moment de penser à l’énergie de demain. Nous sommes là pour les aider à y penser. »

Nous avons la chance, à La Seyne, qu’avec plusieurs zones artisanales, « les habitants trouvent presque tous les artisans dans la ville même. Nous, nous leur donnons le contact et nous leur disons qu’ils ont tout intérêt à demander trois devis».

Mais on ne donne pas les conseils qu’au point d’information. On prévoit de faire des promenades thermiques dans les quartiers à l’automne. « Il s’agit de faire venir les habitants pour voir les chantiers d’isolation de telle ou telle maison, et avec plus d’une caméra thermique. Nous pourrons ainsi comparer d’une habitation à l’autre et remarquer que la chaleur ne s’échappe plus une fois les travaux réalisés !»

Trente-cinq personnes en général viennent chaque année dans chaque point d’information. A la Maison Saint-Georges, les permanences se feront le deuxième mardi du mois de neuf heures à midi. La première s’est ouverte le six avril.