Atelier mécanique : au fil du temps

A partir du 29 juin, la Maison du patrimoine propose une exposition sur le dernier grand vestige des chantiers, l’Atelier mécanique. L’occasion de rappeler un épisode méconnu : de 1989 à 2001, 22 puis 45 salariés “chômeurs-créateurs” investissent dans la Compagnie Provençale de Mécanique (CPM), évitant ainsi la destruction du bâtiment.

Ils s’appellent Jacques Le Drogo, Jean-Pierre Giana, René Berretta, René Barbesant, Jean Lorca ou encore Alain Bart. Peu le savent, mais en 1989, leur opiniâtreté a permis de sauver l’outil industriel des Ateliers mécaniques : « A la fermeture des chantiers, le temps de créer CPM, ils étaient une dizaine à être restés dans les locaux pour entretenir les machines, évitant vols, dégradations et préemptions », rappelle Florence Cyrulnik, conseillère municipale déléguée au Patrimoine. Ils sont une quarantaine autour de Jacques Le Drogo à investir de leur capital dans l’aventure : « Cet actionnariat est bientôt complété par des acteurs privés locaux. Et l’entreprise peut diversifier leur clientèle en usinant de grosses pièces mécaniques, comme par exemple les turbines de l’usine marémotrice de la Rance (Ille etVilaine) », explique Jacques Le Drogo. « Avec le Pont et la Porte des chantiers, l’atelier mécanique est le troisième lieu symbolique illustrant l’histoire des travailleurs du Chantier. Sa transformation en un espace culturel fera lien entre passé et avenir. Cela mérite bien une exposition ! On retrace l’histoire de cet atelier, depuis sa création en 1906 jusqu’au projet du “cinéma”, mettant ainsi en évidence le travail des hommes, les technologies et la diversification des activités. Avec les témoignages des ouvriers et le recueil de leurs archives et outils personnels, c’est une page de la belle et grande histoire du Chantier qui nous sera présentée », relève Jean-Claude Guisti, président de l’association CRCN (Centre de ressources de la construction navale), à l’initiative de l’exposition. Cette exposition coïncide en effet avec la reconversion culturelle, commerciale et touristique de l’imposante friche industrielle. Les cinémas CGR et le groupe Quantum, à qui la Ville de La Seyne-sur-Mer a cédé le site, y investissent 40 millions d’euros : un cinéma multiplexe, de l’hébergement hôtelier, des locaux commerciaux et professionnels. Reste la mémoire d’une aventure humaine à laquelle on doit la préservation de ce site patrimonial exceptionnel.

gwendal.audran@la-seyne.fr

Plus d’infos
Maison du patrimoine
Direction Culture-patrimoine
2, rue Denfert-Rochereau
04 94 06 96 45
Ouverture : mardi-jeudi : 9h-12h/13h30-17h
vendredi : 9h-12h/13h30-16h
samedi : 9h-12h