Aquò d’Aquí, per parlar dau país

Le mensuel bilingue aura 30 ans l’an prochain, et bien des Seynois ont appris le provençal avec lui. Les cours d’occitan du Ceucle Seinenc font appel à lui et, si sa subvention régionale baisse dangereusement, la Ville de La Seyne donne un coup de main bienvenu à ce média unique dans son genre.

A l’Ostau dau Patrimòni, es sus la taula, dubèrt. « Lo Ceucle Occitan de La Seina l’es abonat, e m’arriba mai que d’un còp de ne’n fotocopiar un article, bòrd que nos parla en lenga nòstra de la societat  provençala d’uei, e ne’n charram puei au cors ». Patricia Jouve anima l’obrador d’occitan que, cada divendres, acampa de cinc a dètz Seinencs, e lo mensuau Aquò d’Aquí fa un pauc partida de sa vida. « Fau dire que de jornaus que te parlan en provençau, o en niçart, d’environament, d’economia, o dau biais de viure en generau, ne’n coneissi pas d’autres » ajusta Estève Berrus, un autre afogat d’aqueu cors. Se Patricia l’es abonada fa gaire, eu trèva Aquò d’Aquí despuei vint ans. « Li disián Zou ! fins qu’ais annadas 2000, que sei legeires an chausit pusleu lo títol actuau. » Aquò d’Aquí ditz bèn çò que vòu dire, e dos còps mai que d’un, rementa Estève. « Se va disètz plan plan, vòu bèn dire “ce qu’es dau nòstre”. Mai se va prononciatz d’un biais bèn viu serà puslèu : “Es coma ti dieu !“… Un jornau d’opinion d’aquí, qué ! e a ieu m’agrada ». Aqueu messadier que se liege pereu sus lo net despuei 2012, a crebat l’uou en 1987. L’an que vèn bofarà sei trenta candèlas. Se tròba pron d’abonats. Lo Conseu Regionau l’a aplicat la Lèi budgetària dei “mens trenta dau cent”, aquest an. E ambé l’ajuda publica qu’a fondut, auriá poscut s’espotir aqueu jornau. E amb eu una briga de democracia. Per astre, tròba de sostèns per perseguir l’òbra de dire la societat provençala dins sa lenga, coma va fa la cronica D’Aquí, dins vòstre magasina. Ren d’estonant que la Comuna li done la bòna man. La Vila ajustarà a son partenariat, que passa cada an despuei 2012, e lèu, dins lei mediatècas de La Seina, serà possible de lo legir, que s’abonaràn.

Michel Neumuller

Article rédigé en graphie classique, avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur certifié d’Occitan Langue d’Oc.

Abonnements 25 €/10 numéros, chèque à l’ordre d’Aquo d’Aqui, à adresser à : Pascaline Barthélemy Aquò d’Aquí – La Perle bâtiment B -20 bd Bonniot – 13012 Marseille.

LES MOTS QUI COMPTENT

Afogat = passionné, fan

Aquò d’Aquí = « ce qui est d’ici », sens second : « c’est comme je te dis ! »

Ara = maintenant

Encuei = aujourd’hui

Messadier = mensuel

Pron = assez, suffisamment

Aquò d’Aquí, le provençal fait parler le pays.

A la Maison du Patrimoine, il est sur la table, ouvert. « Le Cercle Occitan de La Seyne y est abonné et il m’arrive souvent d’en photocopier un article car il parle, dans notre langue, de la société provençale d’aujourd’hui, et nous en causons ensuite au cours ». Patricia Jouve anime l’atelier d’occitan qui, chaque vendredi, réunit cinq à dix Seynois, et le mensuel Aquò d’Aquí fait un peu partie de sa vie.

« Il faut dire que des journaux qui te parlent en provençal, ou en niçart, d’environnement, d’économie ou de la manière de vivre en général, je n’en connais pas d’autres », ajoute Etienne Berrus, un autre passionné de ce cours. Si Patricia s’y est abonné il y a peu, lui suit Aquò d’Aquí depuis vingt ans. « Il s’appelait Zou ! jusqu’aux années 2000, date à laquelle les lecteurs ont choisi le titre actuel. »

Aquò d’Aquí dit bien ce qu’il veut dire, et deux fois plutôt qu’une, rappelle Etienne. « Si vous le dites lentement, ça veut dire effectivement : Ce qui est d’ici. Mais si vous prononcez d’une manière vive, ce sera plutôt : C’est comme je te dis ! … Un journal d’opinion d’ici, quoi ! Et moi, ça me plait. »

Ce mensuel qui se lit aussi sur le net depuis 2012, est né en 1987. L’an prochain, il soufflera ses trente chandelles. Il y a pas mal d’abonnés. Le Conseil Régional y a appliqué la loi budgétaire des moins 30%, cette année. Et avec l’aide publique qui a fondu, le journal aurait pu en crever. Et, avec lui, un peu de démocratie.

Par chance, il trouve des soutiens pour poursuivre son oeuvre : dire à la société provençale et dans sa langue, comme le fait la chronique D’Aquí, dans votre magasine. Rien d’étonnant que la Commune l’aide. La Ville augmentera son partenariat, qui est reconduit chaque année depuis 2012, et rapidement, dans les médiathèques de La Seyne, il sera possible de le lire car elles s’y abonneront.

« Nous nous sommes lancés dans une grande campagne d’abonnements, qui nous aidera bien si plus de Varois viennent payer en monnaie trébuchante cette entreprise unique en Provence » dit son directeur de publication, Philippe Langevin. « C’est le moment de sauver le media qui dit la Provence… en provençal. »

A la Maison du Patrimoine, Patric Bobbio regarde le numéro que vient d’apporter Patricia. « Où est l’adresse pour faire le chèque ? «  dit-elle. « Ça fait un petit moment que je fais des progrès en occitan, et maintenant que je peux lire des choses de la vie quotidienne dans la langue, ce serait dommage de m’en priver. Je m’abonne ! »

Quelques dizaines comme lui qui veulent que le provençal se transmette à la génération d’après, et Aquò d’Aquí sera sauvé. Nous vous le disons tel quel : « C’est comme je te dis, quoi ! «